GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Iran: Les Gardiens de la révolution confirment avoir mené un «récent» test de missile
    • Thaïlande: la junte lève l'interdiction de mener des campagnes politiques, à l'approche des élections de 2019
    Amériques

    Cuba: une réforme de la Constitution pour de nouveaux changements économiques

    media Le nouveau président Miguel Diaz-Canel (D) doit poursuivre les changements économiques amorcés par Raul Castro (G). Irene Perez/Courtesy of Cubadebate/Handout via Reuters.

    Le Parlement cubain doit lancer ce samedi 2 juin une réforme de la Constitution afin d'ouvrir un peu plus l'économie, sans modifier toutefois le « caractère irrévocable du socialisme » sur l'île. Les amendements devront être débattus dans tout le pays, puis soumis à référendum. Un processus qui devrait prendre plusieurs mois.

    Une commission de députés doit voir le jour ce samedi, lors d'une séance extraordinaire du Parlement. Elle sera alors chargée de présenter ce projet de réforme à une échéance non précisée. Le texte devra ensuite être discuté devant le Parlement, avant d'être soumis à un référendum.

    Cette évolution de la Constitution, dont on ne connaît pas encore les contours exacts, doit ouvrir la voie à de nouveaux changements économiques sur l'île communiste, en poursuivant le processus d' « actualisation » de l'économie lancé par Raul Castro. L'objectif est également de donner une base légale aux changements déjà effectués depuis l'entrée en vigueur de cette Constitution en 1976.

    Il est notamment question de modifier la définition de la propriété, explique la politologue Janette Habel, spécialiste de Cuba. « On reconnait la propriété de l’État. Mais là maintenant, il faut reconnaître des formes de propriété privée coopérative, et surtout les PME. Ce qu’on appelle à Cuba les cuenta propia des travailleurs indépendants, qui sont parfois de véritables PME. Ces formes de propriétés doivent être reconnues dans la Constitution. »

    Une société divisée

    Une question qui suscite « beaucoup de débats au sein de la société cubaine », observe la politologue. Car si certains secteurs y sont favorables, une partie de la population s’y oppose, « notamment celle qui travaille dans le secteur public, dans le secteur d’Etat, dont le niveau de vie actuellement est appauvri par rapport, justement, aux détenteurs de petites propriétés, aux moyennes propriétés. »

    Janette Habel estime que « la société cubaine est actuellement très divisée entre les secteurs qui prospèrent, puis les autres ». Elle rappelle qu’il y a notamment « une série de cadres, de dirigeants, qui, pour des raisons plus idéologiques sont également contre. »

    Une pointe d’économie de marché

    L'objectif de ces réformes est aussi d'attirer davantage d'investissements étrangers et d’instiller une dose d'économie de marché dans un système largement étatisé, où le salaire mensuel moyen ne dépasse pas 30 dollars.

    « La Constitution ne correspond plus tout à fait aux modifications, aux changements qui sont intervenus dans la société », analyse la spécialiste de Cuba, Janette Habel. « D’une part, les changements économiques, puis les réformes sociétales que ce soit la citoyenneté, soit le mariage homosexuel et quelques réformes qui concernent la limitation à deux mandats de cinq ans des dirigeants, et d’autre part la limite d’âge maintenant pour l’exercice de ces mandats qui en principe devraient être de 60 ans, peut-être 65, et qui devrait être aussi inscrite dans l’actualisation du texte. »

    « Des questions sensibles, intéressantes », insiste la politologue, qui pense que « Miguel Diaz-Canel a comme objectif de consolider sa propre légitimité grâce à un tel débat politique et social à Cuba. »

    En laissant la présidence le 19 avril à Miguel Diaz-Canel, un civil de 58 ans, Raul Castro a souligné que ces réformes ne « prétendaient pas modifier le caractère irrévocable du socialisme » à Cuba. La Constitution en vigueur à Cuba a été modifiée par le passé à trois reprises.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.