GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Ingérences russes: l'ex-chef de campagne de Trump accusé de subornation de témoins

    media Paul Manafort, l'ex-directeur de la campagne Trump est notamment inculpé pour «complot contre les Etats-Unis» dans l'affaire des ingérences russes présumées. ©REUTERS/Carlo Allegri

    C'est une accusation de plus contre Paul Manafort et un nouvel épisode dans l'enquête sur les ingérences russes dans l'élection présidentielle de 2016. L'ancien directeur de la campagne de Donald Trump est déjà poursuivi pour blanchiment, fraude fiscale et bancaire, et lobbying illégal. Il est maintenant accusé de subornation de témoins.

    Les procureurs reprochent à Paul Manafort de multiples contacts par téléphone ou à travers une célèbre application de messagerie cryptée. L'objectif étant de convaincre ces personnes, qui seront bientôt appelées à la barre, de témoigner en sa faveur. Paul Manafort aurait donc violé les termes de sa mise en liberté sous caution. Et cela pourrait lui valoir l'emprisonnement avant l'ouverture de son procès.

    Le premier volet, sur les fraudes fiscales et bancaires, a été repoussé au 24 juillet. Le deuxième doit se tenir le 17 septembre. Il comprend les accusations de blanchiment d'argent et de lobbying illégal. A chaque fois, Paul Manafort plaidera non coupable.

    Trump en ligne de mire

    Pour ses soutiens, cette menace d'incarcération viserait à le contraindre de livrer des informations compromettantes sur Donald Trump, dans le cadre de l'affaire des ingérences russes dans la campagne présidentielle.

    Trump, lui, a pris ses distances. Le président américain a encore minimisé lundi le rôle joué par ce conseiller dans sa campagne. Mais ses avocats laissent planer l'idée d'une éventuelle grâce présidentielle si Paul Manafort était condamné.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.