GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Reconnaissance faciale en France: la Cnil dit oui à l'expérimentation mais dans un cadre strict
    • L'Irak «ne sera plus le même» après la contestation (ayatollah Sistani)
    • La justice française remet en liberté Vincenzo Vecchi, réclamé par les autorités italiennes
    • Pékin accuse Londres de «jeter de l'huile sur le feu» après l'agression d'une ministre hongkongaise
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    • Chili: près de 200 manifestants éborgnés par les forces de l'ordre depuis le début de la crise sociale (INDH)
    • Chili: le Parlement convoque un référendum afin de réviser la Constitution de Pinochet (officiel)
    Amériques

    Présidentielle en Colombie: Duque et Petro jouent au centre

    media Gustavo Petro et Ivan Duque restent en lice pour la présidentielle du dimanche 17 juin. REUTERS/Henry Romero/File Photos

    Les Colombiens votent dimanche 17 juin pour élire leur prochain président. Le second tour de la présidentielle oppose le candidat de droite Ivan Duque, au candidat de gauche Gustavo Petro. C’est la première élection présidentielle après les accords de paix signés avec la guérilla des Farc. Les deux candidats s’opposent sur plusieurs questions clés : modèle économique, mais aussi le suivi des accords de paix négociés avec les FARC en 2016. Il s'agit de gagner les électeurs du centre aussi les deux rivaux ont tenté d'atténuer leur discours.

    Un candidat de gauche au deuxième tour de la présidentielle, c'est une première en Colombie. D’ailleurs ces élections passionnent. Gustavo Petro parle justice sociale, environnement, transition énergétique, droits des minorités sexuelles.  Son discours radical et innovateur séduit les secteurs populaires et les jeunes, rapporte notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detoeuf.

    Pour Yann Basset, les deux candidats ont dû modérer leurs discours pour gagner les électeurs centristes 16/06/2018 - par Véronique Gaymard Écouter

    Petro a adouci le ton entre les deux tours pour rallier les électeurs du centre. « Le centre est un peu l’arbitre de cette élection, explique à RFI Yann Basset, professeur à l'universite El Rosario de Bogota. Ce qui n’est pas très courant en Colombie, d’ailleurs. Et du coup, les deux candidats ont essayé effectivement de modérer leur discours.»

    Ainsi, Petro a adouci ses propositions et sa campagne sur les institutions, « s'engageant à ne pas réunir une assemblée constituante comme il l’avait laissé entendre au début de la campagne, à respecter les institutions», rappelle Yann Basset. Il a aussi modéré ses propositions en matière fiscale. Cela lui a permis d'«avoir l’appui de candidats un peu plus modérés comme Antanas Mockus – ancien candidat à la présidentielle lui-même –, qui passe bien dans l’opinion modérée».

    Ivan Duque au service du «renouveau»

    Toute tendance confondue, les partis et politiciens traditionnels ont eux appelé à voter pour Ivan Duque, poulain de l'ancien président Alvaro Uribe. Duque qui, à 41 ans, a joué de sa jeunesse, de son inexpérience et de sa sympathie pour se poser en candidat du renouveau. Mais son programme est très classiquement conservateur: Ivan Duque veut diminuer les impôts, produire plus de pétrole -les opérateurs économiques et les investisseurs voient en lui un gage de stabilité-, envoyer plus de monde en prison, y compris les chefs guérilleros aujourd'hui démobilisés.

    Dans la perspective du second tour, « Ivan Duque a effectivement [adopté], une position un peu plus modérée sur les accords de paix, poursuit Yann Basset. Il dit qu’il n’allait pas les remettre en cause. Il a beaucoup insisté sur le fait que la paix continuait. Il a en particulier tenu à dire aux démobilisés que l’Etat tiendrait ses engagements pour cet accord ». Mais les partisans de la paix négociée sont inquiets. Les défenseurs des droits de l'homme aussi.

    à (ré)écouter: Les enjeux du second tour de la présidentielle en Colombie avec Pascal Drouhaut

    à (re)lire sur le vote centriste: Présidentielle en Colombie: comment récupérer les voix de Sergio Fajardo?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.