GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Mars
Vendredi 15 Mars
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Aujourd'hui
Mardi 19 Mars
Mercredi 20 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Russie: le responsable de l'ONG Memorial en Tchétchénie condamné à quatre ans de prison (Memorial)
    • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali en détention à Marseille (source judiciaire)
    • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali inculpé en France pour faux et blanchiment (source judiciaire)
    • «Gilets jaunes»: Didier Lallement remplace le préfet de police de Paris Michel Delpuech (Edouard Philippe)
    • France: «Des consignes inappropriées» ont été passées pour l'usage des LBD samedi (Edouard Philippe)
    • GB: le gouvernement ne peut pas représenter au vote l'accord de Brexit inchangé (président des Communes)
    • Cyclone au Mozambique: le bilan «pourrait dépasser le millier de morts» selon le président Nyusi
    • Russie: Vladimir Poutine promulgue 2 lois, l'une contre les «fausses nouvelles» et l'autre punissant les «offenses aux symboles de l'Etat»
    • EasyJet annonce se retirer des discussions sur la reprise d'Alitalia
    • Pays-Bas: trois morts et neuf blessés durant les fusillades à Utrecht (maire)
    • Un homme originaire de Turquie recherché après les fusillades d'Utrecht (police néerlandaise)
    • Syrie: l'armée «libèrera» les zones kurdes par la «force» ou par des «accords» (ministre)
    • «Gilets jaunes»: le coût des dégâts liés aux manifestations estimés à 170 millions d'euros par la fédération française de l'assurance (FFA)
    • En France, le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure de 15 ans
    Amériques

    Etats-Unis: Melania Trump s'exprime sur la question de l'immigration

    media La première dame des Etats-Unis, Melania Trump, à Washington le 6 juin 2018. REUTERS/Carlos Barria

    Aux Etats-Unis, le Congrès doit se pencher cette semaine sur deux textes de loi concernant la politique migratoire. Depuis l’élection de Donald Trump, le pays applique une politique beaucoup plus sévère envers ceux qui passent la frontière clandestinement. La police de l’immigration est encore plus stricte depuis qu’une « tolérance zéro » a été décrétée le mois dernier. Mais les images d’enfants séparés de leur famille pour être placés dans des centres d’accueils, et les chiffres éloquents confirmant le phénomène choquent une partie de l’opinion. Ce dimanche 17 juin, même la première dame, Melania Trump est entrée dans le débat en disant elle aussi « détester » cette situation.

    Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

    L’intrusion de Melania Trump dans le débat public sur l’immigration a surpris car la première dame ne s’était encore jamais positionnée ainsi, et surtout pas pour dénoncer, même a minima, une politique vantée par le président. Est-ce une prise de distance morale avec son mari, avec qui elle ne partagerait déjà plus beaucoup de temps ?

    Cela pourrait tout aussi bien être une opération de communication pour convaincre que, comme elle le souhaite, la Maison Blanche gouverne finalement « avec cœur », et que c’est plutôt le Congrès qui est à blâmer. Melania Trump espère ainsi que les « élus des deux camps pourront enfin tomber d’accord pour faire aboutir une réforme réussie de l’immigration ».

    C’est aussi ce que dit Kelyanne Conway. Montée au front ce dimanche, la fidèle conseillère du président a une nouvelle fois manié l’ambiguïté qui, là encore pourrait traduire une forme de malaise à la Maison Blanche autant qu’une stratégie élaborée. « En tant que mère, en tant que catholique, en tant que personne qui a une conscience, je peux vous dire que personne n’aime cette politique. Vous avez vu le président à la télévision, il veut y mettre fin, a-t-elle déclaré. Mais il existe une loi depuis longtemps, qui dit que c’est un crime d’entrer illégalement dans ce pays. Alors s’ils n’aiment pas cette loi, il faut la changer. »

    Ne serait-ce pas là le cœur de la stratégie de la Maison Blanche ? Rendre la situation insupportable pour forcer les républicains modérés sur la question à voter dès cette semaine un texte dur sur l’immigration. En échange de la fin des séparations forcées et systématiques entre les jeunes migrants et leurs proches, certains pourraient en effet se résoudre à limiter les conditions du regroupement familial ou à financer la construction d’un mur à la frontière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.