GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: fin de la visite des envoyés du pape auprès des victimes d’abus sexuels

    media Charles Scicluna et Jordi Bertomeu à Santiago le 12 juin 2018. REUTERS/Rodrigo Garrido

    Les envoyés spéciaux du pape François ont achevé ce mardi 19 juin leur deuxième visite au Chili. L'archevêque de Malte et le prêtre Jordi Bertomeu ont été chargés par le souverain pontife de recueillir les témoignages de victimes de pédophilie et autres violences sexuelles commises au sein de l'Eglise chilienne. Le sujet n'en finit plus d'embarrasser l'institution catholique depuis la visite du pape François dans le pays en janvier. Il avait alors défendu un évêque accusé d'avoir couvert les agissements d'un prêtre pédophile, avant d’accepter sa démission la semaine dernière. Cette fois-ci les témoignages étaient si nombreux que les émissaires du pape n'ont pas pu recevoir toutes les victimes.

    Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

    L'archevêque de Malte Charles Scicluna, homme de confiance du pape, s'en est excusé juste avant de quitter le pays : « Nous remercions toutes ces personnes, si nombreuses, qui nous ont fait confiance et nous ont demandé une audience ou nous ont écrit. Nous regrettons n'avoir pu les recevoir toutes personnellement et les écouter. »

    Les auditions suivantes seront confiées à une commission jusqu'ici très critiquée. L'Eglise a donc dû préciser dans la journée que certains membres controversés de l’instance ne participeront pas à ce processus.

    Après des années pendant lesquelles les victimes disent avoir été ignorées par l'Eglise chilienne, le pape a demandé pardon et semble avoir pris conscience du problème depuis sa visite dans le pays en janvier. Ses émissaires soulignent le besoin d'un profond changement dans l'attitude de l'Eglise chilienne : « Enquêter est un devoir de justice. Il est nécessaire d'apporter aux victimes la justice, pour le bien du pays et de l'Eglise. »

    Lors de sa première visite dans le pays, l'archevêque de Malte avait rédigé un rapport de 2 300 pages, encore secret à ce jour. La justice veut se saisir de plusieurs cas aujourd'hui. Elle a entendu Charles Scicluna comme témoin juste avant son départ à l'aéroport de Santiago.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.