GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chambre des représentants américains condamne les «commentaires racistes» de Trump
    • France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    Amériques

    Les Mexicains condamnent la politique migratoire de Trump

    media Le président mexicain, Enrique Peña Nieto s'adresse à son homologue américain, depuis le palais présidentiel à Mexico, le 5 avril 2018 (photo d'illustration). Présidence mexicaine/Reuters

    Face à la politique migratoire du président Trump qui applique une tolérance zéro, tous les Mexicains ont exprimé unanimement leur indignation. Ce mardi 19 juin, le gouvernement du président Peña Nieto a condamné énergiquement la séparation de leurs parents de quelque 2 000 enfants migrants, quasiment tous Centraméricains – Guatémaltèques, Honduriens et Salvadoriens -  vingt et un d’entre eux seulement étant Mexicains.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    Cruelle et inhumaine. C’est en ces termes que cette politique de séparation des enfants migrants a été qualifiée par le ministre des Affaires étrangères mexicain, Luis Videgaray : « Nous ne pouvons pas être indifférents devant un fait qui représente clairement une violation des droits de l’homme et qui met en position de vulnérabilité des enfants, et même des enfants handicapés ».

    En pleine campagne présidentielle, les candidats ne pouvaient pas ne pas réagir. Andrés Manuel Lopez Obrador, que les sondages donnent gagnant, a sollicité l’intervention des Nations unies. Pourquoi ? : « Pour qu’on agisse et que s’arrête cette attitude arrogante, raciste et inhumaine d’expulser des enfants, de les mettre dans des cages et de les séparer de leurs parents ».

    Quant à José Antonio Meade, le candidat du PRI au pouvoir, il a prévenu le président américain : « Le Mexique sera une voix qui parlera toujours fort face à cette attitude migratoire qui dénigre et blesse les migrants ».

    D’où la condamnation et l’appel insistant lancé par les Mexicains pour que Donald Trump reconsidère sa politique migratoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.