GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    ONU: les Etats-Unis quittent le Conseil des droits de l’homme

    media Nikki Haley, l’ambassadrice américaine à l’ONU, ici en janvier 2018, au siège des Nations unies. REUTERS/Lucas Jackson

    C’est un retrait de plus dans la longue liste des désengagements américains. Les Etats-Unis ont annoncé mardi 19 juin se retirer du Conseil des droits de l’homme à Genève. L’annonce a été faite à Washington par le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et l’ambassadrice à l’ONU Nikki Haley. Cet organe de l’ONU avait été créé en 2006 pour promouvoir les droits de l’homme dans le monde. Les Américains lui reprochent son biais à l’égard d’Israël.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Hypocrite, égoïste, source d’embarras pour les Etats-Unis, les deux ministres n’ont pas eu de mots assez forts pour qualifier l’institution et justifier le retrait américain du Conseil des droits de l’homme à Genève. Nikki Haley, l’ambassadrice américaine, faisait planer la menace depuis un an. « Les Etats-Unis se retirent officiellement du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Je voudrais dire très clairement que cette initiative ne signe pas un retrait de nos engagements en faveur des droits de l’homme. »

    Nikki Haley était régulièrement montée au créneau pour dénoncer la partialité de ce conseil, accusé de mener des politiques à géométrie variable : « Le Conseil des droits de l’homme a fait passer cinq résolutions contre Israël. C’est plus que ce qui a été adopté en tout contre la Corée du Nord, l’Iran et la Syrie. »

    Cette annonce intervient au lendemain des critiques virulentes émises par le secrétaire général Antonio Guterres et son haut-commissaire aux Droits de l’homme qui se sont indignés du traitement réservé aux familles de migrants. Depuis quelques jours, l’administration Trump fait face à une très vive indignation. Elle est accusée de violer les droits de l’homme en séparant les migrants de leurs enfants.

     

    Cette crise intervient au moment où les atteintes aux droits de l'homme portés par Israël et soutenus par les Etats-Unis sont à leur paroxysme avec ce qu'il s'est passé le 14 mai dernier à Gaza avec ces 120 morts sur une très courte période, 4000 blessés par balles...

    Bertrand Badie, chercheur au Centre d'Etudes Internationales de Sciences Po 20/06/2018 - par Carlotta Morteo Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.