GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: Jean-François Ricard a été officiellement nommé à la tête du parquet national antiterroriste
    • Canicule en France: le mercure va encore grimper ce jeudi, journée la plus chaude; pollution à l'ozone et risques sanitaires à venir
    • Hôpitaux: plus de neuf Français sur dix soutiennent la grève aux urgences (sondage)
    • Commerce: Trump dénonce les taxes douanières «inacceptables» imposées par l'Inde
    • G20: le président chinois Xi Jinping est à Osaka pour participer à la réunion
    Amériques

    Droits de l'homme: l'ONU demande une enquête internationale au Venezuela

    media Des manifestants et des policiers face à face le 26 octobre 2016 à San Cristobal, lors d'une manifestation contre Nicolas Maduro. REUTERS/Carlos Eduardo Ramirez

    Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a qualifié ce vendredi de « lamentable » la situation au Venezuela, appelant à créer une commission d'enquête internationale, et à un « engagement accru » de la Cour pénale internationale (CPI).

    « La situation des droits de l'homme des Vénézuéliens est lamentable », a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein dans un communiqué, dénonçant la politique de répression des opposants, incluant des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires et la torture avec des violences sexuelles, des simulacres d'exécution et des décharges électriques.

    « Quand une boîte de pilules contre l'hypertension coûte plus cher que le salaire minimum mensuel et le lait en poudre pour bébé plus de deux mois de salaire, mais que manifester contre une telle situation peut vous mener en prison, l'injustice extrême de tout cela est flagrante », a-t-il fait valoir.

    Ce rapport fait suite à la publication d'un premier rapport accablant du Haut-Commissaire, publié en août 2017, qui dénonçait déjà le « recours généralisé et systématique à une force excessive pendant les manifestations, et la détention arbitraire de manifestants et d'opposants politiques présumés ».

    Quatre ans de répression

    Usage de la force excessive, détentions arbitraires, tortures et mauvais traitements se poursuivent selon le Haut-Commissariat, qui souligne que cette répression menée par les autorités de l'Etat a commencé en 2014.

    Les autorités vénézuéliennes ayant refusé l'accès du pays aux experts de l'ONU, M. Zeid a chargé une équipe de spécialistes des droits de l'homme d'interviewer à distance quelque 150 personnes, dont des victimes et leurs familles, ainsi que des témoins, des journalistes, des avocats et des médecins notamment.

    En conclusion, « compte tenu de l'ampleur et de la portée des violations », le rapport juge que « les Etats membres du Conseil des droits de l'homme devraient créer une commission d'enquête internationale ».

    « Etant donné que l'Etat ne semble ni capable ni disposé à poursuivre les auteurs de violations graves des droits de l'Homme, il y a de solides raisons de demander un engagement accru de la Cour pénale internationale », a également souligné le Haut-Commissaire.

    Plus de 12 000 détentions

    D'après le rapport, les méthodes pour « intimider et réprimer l'opposition politique ou toute personne perçue comme étant une menace au gouvernement » se poursuivent mais « ces détentions sont devenues plus sélectives que durant la période des manifestations », visant des activistes, des étudiants, des défenseurs des droits de l'Homme, des travailleurs des médias et des membres des forces armées.

    Au moins 12 320 personnes ont été détenues dans le pays entre janvier 2014 et avril 2018, et plus de 7 000 d'entre elles ont été libérées avec comme condition de respecter un certain nombre de mesures limitant leurs libertés, pointe le rapport, utilisant des éléments communiqués par des représentants de la société civile. Au moins 570 personnes, dont 35 enfants, ont été détenues depuis août dernier.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.