GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A l'approche des élections au Mexique, le clientélisme tourne à plein régime

    media La photo d'Andrés Manuel López Obrador, candidat à la présidentielle mexicaine, placardée sur un bus à Mexico (illustration). REUTERS/Alexandre Meneghini

    Les électeurs mexicains se rendront aux urnes le 1er juillet pour choisir leur nouveau président. Le candidat anticorruption Andrés Manuel López Obrador, largement en tête des sondages, pourrait faire basculer le Mexique à gauche pour la première fois de son histoire. Plus de 3 400 gouverneurs maires, députés et sénateurs seront aussi élus. A l'approche du scrutin, les partis multiplient les opérations clientélistes pour séduire un maximum d'électeurs dans les quartiers défavorisés de la capitale. Reportage.

    Avec notre correspondante à Mexico, Alix Hardy

    Maria Concepcion vit depuis toujours dans la colonia Buenos Aires, un quartier défavorisé de la capitale. Il y a quelques jours, elle a reçu un coup de téléphone de la part d'une candidate à la mairie de Mexico. « Ils m'ont dit qu'ils distribuaient des cartes aux femmes au foyer, sur lesquelles on recevra 2 500 pesos par mois si cette candidate gagne. Il y a juste à donner une copie de notre carte d'électeur. Quand ils me l'ont donnée, ils m'ont dit : 'Votez pour Barrales, hein !' », raconte-t-elle.

    Si cette Mexicaine reconnaît que le procédé est immoral, la proposition reste tentante. « Je ne sais pas si je vais voter pour elle ou pas ! Je ne la connais pas vraiment, je ne sais pas ce qu'elle a fait de bon. Mais personne ne nous paie pour être femme au foyer. Alors oui, ca me pousse à voter pour elle », justifie-t-elle.

    Des arguments qui convainquent beaucoup de Mexicains, regrette une voisine : « Les gens vendent leur vote pour 200 pesos (8 euros, ndlr) et un colis de nourriture qui contient au mieux un paquet de riz ou de haricots ! » Une étude parue en 2018 et intitulée Les dessous de table estime que les dépenses réelles de campagne des partis seraient jusqu'à 15 fois plus élevées que le montant déclaré.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.