GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Immigration: Trump veut s’affranchir des procédures judiciaires trop «longues»

    media Vue aérienne d'un centre de détention près de la frontière Mexicaine, à Tornillo (Texas), le 18 juin 2018, avec une file d'enfants détenus. REUTERS/Mike Blake

    Le président américain continue de plaider pour plus de fermeté sur l'immigration. Toujours plongé dans la polémique sur le sort des enfants migrants séparés de leurs parents et dans l'attente d'une loi sur l'immigration que le Congrès peine à voter, Donald Trump contre-attaque et s'en prend au système judiciaire. Lundi 25 juin, il a répété que les procédures légales auxquelles faisaient face les clandestins étaient trop lourdes, semblant suggérer, pour la seconde journée consécutive, qu'il fallait s'en affranchir.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    Pour faire face à l'encombrement des tribunaux chargés de statuer sur le sort des clandestins, la Maison-Blanche suggère de ne pas s'encombrer de procédures judiciaires et passer outre. « Embaucher des milliers de juges pour un processus légal long et compliqué n'est pas la bonne manière de faire. Ce système ne fonctionnera jamais », a écrit le président américain sur son compte Twitter.

    Dimanche 24 juin, Donald Trump avait déjà suggéré que les migrants arrêtés à la frontière devaient être expulsés sans autre forme de procès. Interpellée, la porte-parole de la maison blanche a tenté d'expliquer la position du président. « À peu près tous les Américains sont d'accord : cela n'a aucun sens que dès qu'un étranger met le pied sur le sol américain cela prenne de deux à cinq ans de procédure judiciaire avant d'être expulsé. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas de juge qu'il n'y a pas de procédure légale, a défendu Sarah Sanders. Le président veut que les gens cessent d'entrer illégalement dans le pays, nous voulons une frontière sûre. »

    Quant à ceux qui souhaitent demander l'asile, ils doivent se présenter aux postes-frontière pour que leurs demandes soient examinées, a-t-elle précisé. Sous-entendu : ceux qui passent la frontière illégalement pourraient bien ne plus avoir la possibilité d'effectuer les démarches nécessaires à l'obtention du statut de réfugié.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.