GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine: l'agence nationale de presse Telam licencie à tour de bras

    media Manifestation d'employés de la Telam à Buenos Aires, le 27 juin 2018. DAMIAN DOPACIO / NOTICIAS ARGENTINAS / AFP

    Émotion parmi les journalistes en Argentine avec l'annonce de 350 licenciements à l'agence nationale de presse Telam. Le gouvernement de centre droit de Mauricio Macri évoque des recrutements injustifiés et politisés effectués sous la présidence de Cristina Kirchner. Les syndicats dénoncent un ajustement dans le cadre d'une politique de réduction des dépenses de l'Etat.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Devant le ministère en charge des médias publics, une centaine de journalistes de l'agence de presse nationale Telam manifestent.

    Comment justifier le licenciement de 350 travailleurs de l'agence ? RFI a posé la question au ministre, Hernán Lombardi : « Sous le kirchnérisme, l'agence est passée de 400 employés à près de 950, sans aucune justification journalistique, mais pour en faire un outil de propagande politique. Nous travaillons à reconstruire une agence professionnelle. »

    Salle de rédaction silencieuse

    L'agence est en grève et occupée depuis mardi. Dans une salle de rédaction silencieuse, Ariel Bargach, journaliste du service international et délégué syndical déplore que « depuis quelque temps, des couvertures étaient annulées parce que les questions budgétaires prenaient le pas sur les décisions éditoriales. Et il y a 15 jours, nous avons eu vent de ce plan d'ajustement qui se traduit par 350 licenciements. Sans aucune logique dans le choix des licenciés ni dans la décision elle-même. »

    Il est vrai que sous les Kirchner, dans les médias publics et dans certains médias privés financés par la publicité de l'Etat, avait fleuri un journalisme dit militant, ouvertement favorable au gouvernement.

    Mais il est vrai aussi que beaucoup des licenciés ne correspondent pas à ce profil. Et que, suite à l'accord signé avec le FMI, l'Argentine s'est engagée à réduire ses dépenses publiques. Les journalistes de Telam en font les frais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.