GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les Etats-Unis proposent un humanitaire très controversé à la tête de l'OIM

    media L'administration Trump soutient la candidature du très controversé Ken Isaacs à la direction de l'OIM. Fabrice COFFRINI / AFP

    L'Organisation mondiale pour les migrations (OIM) doit se choisir aujourd’hui son nouveau directeur général. Et c’est un candidat ouvertement islamophobe, homophobe et climato-sceptique qui pourrait accéder au poste. L’administration Trump a présenté le nom de Ken Isaacs, l’ancien vice-président de Samaritan’s purse, une ONG humanitaire chrétienne proche des milieux évangéliques. Un profil qui suscite de nombreuses controverses.

    Avec notre correspondant à New York, Marie Bourreau

    A 65 ans, Ken Isaacs possède à son actif une solide carrière d’humanitaire. C’est en tous les cas ce qu’il met en avant dans une vidéo promotionnelle où il assure avoir « consacré sa vie à aider les gens dans le besoin à travers le monde » alors qu’on le voit sur le terrain évacuer des blessés ou s’adresser à des réfugiés.


    Sauf que ce portrait a été très écorné par une série de tweets discriminatoires retrouvés par les médias américains qui font tâche quand on veut prendre la tête de l’agence de l’ONU pour les migrations. Ken Isaacs y compare l’islam à une religion violente et estime que la priorité absolue devrait être donnée aux réfugiés chrétiens. Interrogé, il s’était excusé puis avait estimé que ses tweets avaient été sortis de leur contexte.

    Mais il n’en était pas à sa première polémique. À l’été 2016, il avait déjà estimé qu’un mur devrait être construit dans les Alpes pour mieux contrôler l’afflux de réfugiés en Europe. Malgré les controverses, Ken Isaacs a le soutien sans faille de l’administration Trump.

    Les 169 états membres de l’OIM devront donc décider s’ils osent défier la traditionnelle mainmise américaine sur ce poste. Sans quoi Washington pourrait décider de nouvelles coupes budgétaires à l’heure où la crise migratoire est l’enjeu de la prochaine décennie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.