GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: derniers meetings de la campagne électorale

    media Les supporters d'Andres Manuel Lopez Obrador se sont réunis au stade Aztèque le 27 juin 2018. REUTERS/Alexandre Meneghini

    Au Mexique, la campagne électorale vient de s’achever. Les candidats à la présidence en ont donc profité ce mercredi 27 juin pour réaliser leur meeting de clôture. Le candidat du PRI, José Antonio Meade l’a fait dans le nord du pays ; celui du PAN, Ricardo Anaya, dans le centre. Et le candidat indépendant l’a réalisé de manière digitale. Le seul à l’avoir organisé à Mexico, la capitale, a été Andrés Manuel Lopez Obrador qui a clos sa campagne électorale dans l’enceinte du stade Aztèque.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    Dans l’après-midi déjà, une foule immense se pressait à l’entrée du stade Aztèque. Tous venaient assister au meeting de clôture de leur candidat. A  20h30, Andrés Manuel Lopez Obrador faisait une entrée triomphante dans un stade archiplein. Dès son arrivée, il était ovationné par plus de 80 000 sympathisants qui scandaient : « C’est un honneur d’être avec Obrador ».

    Le candidat du parti de gauche Morena concluait ainsi sa troisième campagne électorale, après celles de 2006 et 2012 où la présidence lui avait échappé. Mais cette fois, il s’est déclaré confiant dans sa victoire, se basant sur les sondages et l’état d’esprit de la société.

    Durant trois-quarts d’heure, il a passé en revue son programme de gouvernement qui doit permettre une quatrième transformation du pays. Transformation qu’il a qualifiée à la fois de pacifique, ordonnée, mais profonde et radicale. Elle signifiera la fin de l’ancien régime autoritaire et corrompu qui a gouverné le Mexique jusqu’à aujourd’hui. Il a d’ailleurs rappelé que sa priorité  sera la lutte contre la corruption. Un fléau qu’il veut éradiquer, car à l’origine des inégalités sociales et économiques, ainsi que de l’insécurité et de la violence que connaît le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.