GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les milieux d'affaires mexicains se préparent à une présidence Obrador

    Le candidat Obrador a aussi lissé son discours, le rencentrant sur le fléau de la corruption. REUTERS/Edgard Garrido

    L’élection présidentielle au Mexique a lieu ce dimanche. Le candidat de la gauche Andrés Manuel López Obrador a 25 points d’avance sur ses adversaires, et le monde des affaires se prépare à composer avec un président de gauche au pouvoir.

    Avec notre correspondante au Mexique, Alix Hardy

    Il était présenté comme la pire chose qui puisse arriver au Mexique : Andrés Manuel López Obrador ne suscitait guère l’enthousiasme chez les grands patrons du pays. Certains analystes annonçaient même qu'en cas de victoire, le cours du peso chuterait drastiquement et l’inflation repartirait à la hausse.

    Les milieux d'affaire vont collaborer

    Mais les choses ont bien changé. Face aux sondages qui créditent Lopez Obrador de plus de 50 % des intentions de vote, les milieux d'affaires se sont résolus à trouver un moyen de collaborer avec celui qui pourrait bien être élu président ce dimanche. Une nouvelle entente actée par une rencontre cordiale la semaine dernière entre les deux parties.

    De son côté, Lopez Obrador s’est employé à lisser son programme économique pour ne pas faire fuir les investisseurs. Pour sa troisième candidature à la présidence, pas question par exemple d'expropriations ou de nationalisations forcées. Le candidat veut surtout mettre l’accent sur la lutte contre la corruption, ce qui, assure-t-il, va bénéficier au secteur des affaires.

    Pas de bouleversement attendu

    S’il est élu, les analystes s’attendent à un recentrage sur l’économie nationale après six ans de réformes libérales du président sortant Enrique Peña Nieto. Mais pas à un changement en profondeur de la politique économique du Mexique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.