GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: «On n’arrêtera pas avant que chaque enfant ait retrouvé sa famille»

    media Manifestation contre la politique migratoire de Trump, à New York, le 30 juin 2018. REUTERS/Shannon Stapleton

    Aux Etats-Unis, des manifestations ont eu lieu dans tout le pays ce samedi pour dénoncer la politique de l’administration Trump contre les immigrants clandestins, et surtout le sort réservé aux enfants séparés de leurs familles. Car si le président américain a signé un décret la semaine dernière, le problème de fond demeure comme de nombreuses incertitudes quant à l’avenir proche de 2 000 mineurs, parfois de très jeunes enfants.

    Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

    Traverser en cortège le pont de Brooklyn pour défendre ceux qui passent illégalement la frontière sud des Etats-Unis… le parcours de la manifestation à New York ne s’est pas privé de ce symbole photogénique mais sur les pancartes, les messages sont souvent très durs.

    On y lit notamment les mots « fascisme », « camp de concentration ». Laura, 35 ans, a le même genre de référence : « C’est un holocauste américain, et on n’arrêtera pas de lutter avant que chaque enfant ait retrouvé sa famille, qu’ils soient en sécurité, et que chacun sentent qu’ils peut venir ici et fuir les injustices vécues dans leur pays… Ce sont les Etats-Unis ! Cela doit être un endroit de liberté. »

    Beaucoup réclament la dissolution de l’ICE, la police de l’immigration, créée il y a 15 ans. Et nombreux sont ceux qui, comme David et son épouse, septuagénaires, ne cachent pas qu’ils sont là pour dénoncer le sorts des enfants de migrants clandestins, mais aussi le président Donald Trump. Lui explique que « tout est lié. La raison pour laquelle je ne supporte pas Trump, c’est qu’il n’est pas une personne décente… ». Elle ajoute : « Il détruit la raison d’être de ce pays. Ce pays est fait pour accueillir toute sorte de gens, cela le rend meilleur d’avoir des immigrants. Et on ne peut pas laisser le reste du monde penser que tout le monde ici soutient ce genre d’action. »

    Le président américain a répondu aux manifestants en quelques tweets ce samedi. Pour répéter qu’ils souhaite renvoyer immédiatement ceux qui viennent de franchir clandestinement la frontière. Et pour rejeter la responsabilité de la crise sur l’opposition démocrate.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.