GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Les militants des droits de l'homme, cibles privilégiées du conflit colombien

    media Un soldat colombien se tient devant un champ de coca de Pueblo Nuevo à Briceno en Colombie, le 15 mai 2017. AFP / Raul ARBOLEDA

    En Colombie, un militant des droits de l'homme est tué tous les trois jours. En un an et demi, 311 défenseurs des droits sociaux et des droits humains ont été assassinés alors que la Colombie est en train de négocier un accord de paix avec la guérilla de l'ELN.

    Les civils, premières victimes du conflit colombien. C'est ce qu'indiquait Amnesty International en 2017.

    C'est ce que pointe encore aujourd'hui du doigt Ariel Avila, de l'ONG Fondation paix et réconciliation au micro de Raphael Moran. « Les profils des victimes sont très similaires. Ce sont des leaders d’organisations de restitution des terres aux déplacés par la violence. »

    « Deuxièmement, ajoute Ariel Avila, ce sont des personnes qui voulaient s’impliquer dans la vie politique. Enfin, troisièmement, ce sont des responsables locaux qui s'opposaient aux économies illégales. C'est de là que sont issues la majorité des victimes. »

    « Une impunité totale »

    Malgré la signature de l’accord de paix avec les FARC, le conflit armé s’est intensifié dans certaines zones du pays. Des zones où combattants de l’ELN, groupes paramilitaires et forces gouvernementales s’affrontent pour s’emparer d'un pouvoir laissé vacant par la démobilisation des FARC.

    « Il y a des forces qui veulent conserver le statu quo et qui s'opposent à toute ouverture démocratique ou à l'établissement de la vérité. Et le problème, c'est qu'il y a une impunité totale. Nous ne savons pas qui ordonne ces meurtres et qui les exécute », décrypte Ariel Avila.

    La Colombie négocie en ce moment la paix avec l'ELN à Cuba. « Plus aucun leader social ne doit être assassiné », a déclaré Carlos Alfonso Negret, le défenseur des droits colombiens. Mais pour l'instant, aucune précision sur l'identité des tueurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.