GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Aujourd'hui
Mardi 21 Août
Mercredi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Piratage du parti démocrate: 12 agents russes inculpés aux Etats-Unis

    media Le procureur général adjoint des Etats-Unis Rod Rosenstein a annoncé lors d'une conférence de presse l'inculpation des 12 agents russes, à Washington, le 13 juillet 2018. REUTERS/Leah Millis

    Le ministère américain de la Justice a annoncé ce vendredi 13 juillet l'inculpation de douze agents russes pour espionnage. Ils sont accusés d'avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate durant la campagne présidentielle de 2016.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

    Les douze officiels inculpés pour conspiration contre les Etats-Unis sont tous membres du GRU, le service de renseignement de l'armée russe.

    Le procureur Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les ingérences de la Russie dans la campagne américaine de 2016 au profit du candidat Trump, les accuse d'avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate pour y récupérer des documents sensibles.

    Par l'intermédiaire d'un faux site internet, les 12 espions auraient ensuite organisé la diffusion de ces documents pour influencer l'élection vers « une organisation » que le ministère américain de la Justice n'a pas nommée. Selon toute vraisemblance, il s'agirait du site WikiLeaks qui avait diffusé en 2016 des milliers de courriels démocrates piratés compromettants pour Hillary Clinton.

    Même si le numéro deux du ministère de la Justice dément tout lien avec le calendrier, cette annonce intervient à trois jours la rencontre prévue à Helsinki entre Vladimir Poutine et Donald Trump désormais sous pression. Depuis Londres, le président américain a promis de poser « fermement » la question de l'ingérence à son homologue russe.

    De son côté, le chef de l'opposition démocrate au Sénat Chuck Schumer a immédiatement réclamé l'annulation de cette rencontre et ce « jusqu'à ce que la Russie prenne des mesures visibles et transparents pour prouver qu'elle ne tentera pas de nouvelles ingérences dans les prochaines élections américaines. » Mais la Maison Blanche a balayé la demande. Le sommet « aura lieu », a affirmé Sarah Sanders, la porte-parole de l'exécutif américain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.