GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Helsinki: un face à face Trump-Poutine qui inquiète

    media Les présidents Trump et Poutine, ce lundi 16 juillet 2018 à Helsinki. Sputnik/Alexei Nikolsky/Kremlin via REUTERS

    Les deux présidents sont arrivés ce lundi 16 juillet 2018 à Helsinki, l'un d'Ecosse, l'autre de Russie, et débutent leur rencontre par un tête-à-tête. C’est la première fois que Vladimir Poutine et Donald Trump tiennent un sommet. Ces dernières années, les relations entre Moscou et Washington n’ont fait que se dégrader. Les motifs de brouille sont nombreux : l’Ukraine, la Syrie, l’ingérence supposée des Russes dans la présidentielle américaine. La rencontre inquiète.

    Avec notre envoyée spéciale à Helsinki,  Anastasia Becchio

    La Finlande, Etat-membre de l'Union européenne, certes, mais pas l'Alliance atlantique. Plus grand pays limitrophe de la Russie en Europe. L'anti-modèle polonais en matière de relations avec Moscou. Et donc le lieu idéal, de longue date, pour une rencontre au sommet entre la Russie et les Etats-Unis. Les deux présidents sont face à face avec leurs seuls interprètes en vue d'un premier entretien prévu pour durer une heure et demie. Vladimir Poutine, fort de 18 années d’expérience du pouvoir, va-t-il avoir l’ascendant ? Pourrait-il convaincre Donald Trump de faire de concessions sur certains dossiers qui empoisonnent les relations ?

    Juste avant le début de la rencontre, Vladimir Poutine et Donald Trump ont brièvement pris la parole. « Il m’est très agréable de vous rencontrer à Helsinki, sur cette terre très hospitalière qu’est la Finlande. Nos contacts avec vous sont réguliers. Ces derniers mois, nous avons parlé au téléphone, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises en marge de réunions internationales, mais maintenant l’heure est venue de parler de nos relations bilatérales sur le fond, et d’évoquer divers points de tension dans le monde. Il y en a assez qui méritent que nous commencions à y prêter attention », a déclaré le chef de l'Etat russe.

    MM. Trump et Poutine doivent ensuite être rejoints par leurs délégations respectives pour un déjeuner de travail russo-américain. Les discussions se déroulent dans le palais présidentiel finlandais, au bord de la mer Baltique, un bâtiment du XIXe siècle qui fut un temps une résidence des tsars lorsque ce pays nordique faisait partie de l’Empire russe, et qui a accueilli George W. Bush et Mikhaïl Gorbatchev puis Bill Clinton et Boris Eltsine. Leurs successeurs vont-ils parvenir à sortir de ce sommet avec des avancées concrètes ? Rien ne le dit.

    Le couple Trump en compagnie de Vladimir Poutine, du président finlandais Sauli Niinistö et de sa compagne, Jenni Haukio. Helsinki, le 16 juillet 2018. Sputnik/Alexei Nikolsky/Kremlin via REUTERS

    « Nous possédons 90% des armes nucléaires, ça n’est pas une bonne chose »

    Le président américain a émis le souhait de retrouver de bonnes relations avec Moscou. Il a félicité son homologue pour l'organisation du Mondial de football, et a évoqué plusieurs sujets qui seront sur la table : le commerce, les questions militaires, la dénucléarisation, la Chine. Il a parlé plus longuement que Vladimir Poutine : « Nous avons de bonnes choses à discuter. Je pense qu’une grande occasion nous est offerte. Nos deux pays ne se sont pas franchement bien entendus ces dernières années. Je ne suis pas là depuis très longtemps, mais ça va faire deux ans, et je pense que nous finirons par avoir une relations extraordinaire. »

    « Je l’ai répété ces dernières années, et notamment durant ma campagne : bien s’entendre avec la Russie est une bonne chose et non pas une mauvaise chose. Je pense que le monde veut que nous nous entendions bien. Nous sommes deux grandes puissances nucléaires, nous possédons 90% des armes nucléaires, et ça n’est pas une bonne chose, c’est une mauvaise chose. Et j’espère que nous pourrons faire quelque chose pour ça, parce que ça n’est pas une force positive, c’est une force négative. Donc nous allons parler de ça, entre autres choses », a également diut M. Trump.

    Ce sommet intervient trois jours après qu'un grand jury américain a inculpé 12 membres des services de renseignement russes pour avoir piraté les systèmes informatiques d'Hillary Clinton à la veille de la présidentielle de 2016. Donald Trump a promis d’en parler « fermement » avec son homologue. Mais il n'a pu s'empêcher de dénoncer sur Twitter avant la rencontre une « chasse aux sorcières ». « Nos relations avec la Russie n'ont JAMAIS été aussi mauvaises en raison de nombreuses années d'irresponsabilité et de stupidité des Etats-Unis », a écrit le président américain. Pas sûr que ce soit la meilleure entrée en matière pour négocier avec Vladimir Poutine.

    Le premier somme entre les numéros un russe et américain à Helsinki (Finlande) ce lundi 16 juillet est placé sous haute sécurité. REUTERS/Leonhard Foeger

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.