GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pour l'ancien président de la République, François Hollande, le mouvement des «gilets jaunes» est en «phase de conclusion»
    • Mouvement des «gilets jaunes»: «Moins de 3000 manifestants» à Paris en début d'après-midi (préfecture)
    • «Gilets jaunes»: 63 gardes à vue à Paris contre 335 samedi dernier à la mi-journée, indique la préfecture
    • «Gilets jaunes»: un conducteur décède après avoir percuté un camion à la frontière belge (préfecture)
    Amériques

    L’entrevue entre Trump et Poutine passe très mal à Washington

    media Donald Trump et Vladimir Poutine lors de leur conférence de presse conjointe le 16 juillet 2018 à Helsinki. REUTERS/Kevin Lamarque

    Une vague d'indignation d'une rare intensité s’est manifestée aux Etats-Unis après le refus de Donald Trump de reconnaître l'ingérence russe dans la campagne américaine de 2016. C'était au cours d'une conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine, à Helsinki, à l'issue de leur tête-à-tête de deux heures. L'ingérence de Moscou est pourtant confirmée par tous les services de renseignement américains.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

    Tout commence avec une simple question d'un journaliste à Donald Trump lors de sa conférence de presse conjointe à Helsinki : « Le président russe nie avoir interféré dans les élections de 2016 mais toutes les agences du renseignement américain concluent le contraire. Qui croyez-vous ? » Réponse de Donald Trump qui vient de s'entretenir en privé avec son homologue russe : « Le président Poutine vient de me dire que ce n'était pas la Russie. Je ne vois pas pourquoi ce le serait. »

    « La plus honteuse prestation d'un président américain »

    Côté démocrate, cette réponse suscite un tollé immédiat, mais cette fois Donald Trump provoque l'indignation jusque dans son propre camp. « La conférence de presse d'Helsinki est l'une des plus honteuses prestations d'un président américain », juge le sénateur républicain John McCain. « Il est clair que le sommet d'Helsinki était une erreur tragique », a-t-il estimé dans un communiqué au vitriol

    « Il n'y a aucun doute sur l'ingérence russe dans notre élection », tranche quant à lui Paul Ryan, le leader des républicains à la Chambre des représentants. Même le chef de la majorité au Sénat, d'ordinaire peu enclin à critiquer le président, est sorti de sa réserve : « Les Russes ne sont pas nos amis, a affirmé Mitch McConnell. Je crois totalement l'évaluation de nos services de renseignement. »

    Pour le FBI et la CIA, l'ingérence ne fait aucun doute 

    De manière plus attendue, l'opposition démocrate a aussi vivement condamné le comportement du président des Etats-Unis. « C'est de la folie », a attaqué l'ex-secrétaire d'Etat John Kerry, dénonçant une attitude « indéfendable ».

    « Irréfléchi, dangereux et faible  », a renchéri le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer. « Qu'est-ce qui peut bien pousser Donald Trump à mettre les intérêts de la Russie au-dessus de ceux des Etats-Unis ? », a-t-il questionné. Selon lui, « des millions d'Américains vont continuer à se demander si la seule explication possible à ce comportement dangereux est la possibilité que le président Poutine possède des informations nuisibles au président Trump ».

    Pour la CIA et le FBI, l'ingérence de la Russie dans la campagne américaine de 2016 ne fait en effet aucun doute. Dans un communiqué publié ce lundi 16 juillet, Dan Coast, le chef du renseignement américain, a encore une fois confirmé. Et quand un journaliste a demandé à Vladimir Poutine s'il souhaitait voir gagner Donald Trump,  « oui » a répondu sans hésiter ce dernier, parce que Trump « promettait de normaliser les relations russo-américaines ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.