GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: les partis vont désigner leurs candidats pour la présidentielle

    media Un sondage publié le mois dernier plaçait en tête des intentions de vote l'élu d'extrême droite, Jair Bolsonaro, avec 17% des voix. Sur la photo, le pré-candidat brandit une poupée à son effigie pendant un meeting à Curitiba, le 29 mars 2018. REUTERS/Rodolfo Buhrer

    Au Brésil, c'est le point de départ, vendredi 20 juillet, d'un marathon politique : les partis vont se réunir en congrès pour désigner leurs candidats à la présidentielle d'octobre prochain. Une élection qui est la plus incertaine depuis le retour de la démocratie il y 30 ans.

    Au total, 18 candidats sont en lice. La plupart sont peu connus du grand public. C'est le cas de l'ancien dirigeant du Mouvement des travailleurs sans-toit (MTST), Guillerme Boulos. Très populaire au sein de la classe ouvrière de Sao Paulo, le candidat du Parti socialisme et liberté (PSOL) peine à séduire l'électorat rural du nord-est. Un électorat très convoité qui vote traditionnellement en faveur du Parti des travailleurs (PT).

    Le favori des sondages est l'ancien président Lula qui est condamné à 12 ans de prison ferme pour corruption. Et s’il n'est pas autorisé à participer au scrutin, ses électeurs traditionnels pourraient donner leur voix à d'autres partis de gauche ou de centre gauche. Ciro Gomez, candidat du Parti démocratique travailliste (PDT), se pose déjà en alternative. Son problème : il n'arrive pas à décoller des 10% que lui donnent les sondages depuis quelques mois. Ce qui n'est pas suffisant pour s'assurer une place au second tour.

    Là où se voit déjà Jair Bolsonaro, surnommé le Trump brésilien, très populaire, mais souffrant du syndrome de « loup solitaire » : aucun autre parti ne souhaite faire alliance avec ce nostalgique de la dictature militaire.

    Face à autant de personnalités diverses, les électeurs se démobilisent. Alors que le vote est obligatoire, 40% d'entre eux pourraient choisir l'option nul ou blanc. Ce qui serait un record depuis le retour de la démocratie au Brésil.

    (Re) lire : Brésil: Michel Temer renonce à se présenter à l'élection présidentielle

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.