GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Une affaire de corruption plonge la justice péruvienne dans la crise

    media Des manifestants protestent contre l'affaire de corruption qui secoue la justice péruvienne, le 19 juillet 2018 à Lima. REUTERS/Mariana Bazo

    Depuis près de deux semaines, la justice péruvienne traverse la crise la plus grave de son histoire. La diffusion d'enregistrements compromettants semblant prouver un trafic d'influence massif a provoqué une vague de démissions au sein du pouvoir judiciaire ainsi que celle du ministre de la Justice Salvador Heresi.

    Avec notre correspondant régional, Eric Samson

    Des milliers de péruviens ont manifesté ce jeudi 19 juillet à Lima et dans de nombreuses villes du pays pour protester contre la corruption rendue publique de nombreux juges et procureurs. Ils ont reçu l'appui du président Martin Vizcarra qui a dit comprendre leur colère.

    Dans l'un des enregistrements diffusés par les média locaux, le juge de la Cour suprême de Justice, César Hinostroza, offrait par exemple l'absolution à un homme condamné pour le viol d'une jeune fille de 11 ans.

    Semblant être un rouage important d'une mafia enkystée au sein du pouvoir judiciaire, Hinostroza a été enregistré organisant une réunion avec une « Dame K de la force numéro 1 », que beaucoup identifient comme Keiko Fujimori qui fait actuellement l'objet d'une enquête pour financement illégal de ses campagnes électorales présidentielles.

    Le scandale est tel que le président de la Cour suprême Duberli Rodríguez a démissionné ce jeudi ainsi que le président et cinq membres du Conseil national de la magistrature. Les suspects peuvent d'autant moins contester les enregistrements que ces derniers ont été réalisés par la police dans le cadre d'une enquête du parquet contre des trafiquants de drogue du port du Callao.

    Le pouvoir judiciaire s'est déclaré en état d'urgence pour 90 jours et le président de la République a convoqué le Congrès ce vendredi pour suspendre tous les membres du Conseil national de la magistrature en attendant un projet de réforme de la justice qui pourrait être annoncé le 28 juillet prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.