GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicaragua: nouveau week-end de manifestations pro et anti-Ortega

    media Manifestation en faveur de la libération des personnes arrêtées en marge du mouvement des derniers mois au Nicaragua, samedi 21 juillet 2018 à Managua. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Samedi 21 juillet, des milliers de Nicaraguayens sont à nouveau descendus dans les rues de la capitale, Managua, pour manifester soit en faveur, soit contre Daniel Ortega. Les opposants au président nicaraguayen ont marché notamment en solidarité avec la ville de Masaya violemment reprise mercredi dernier par les forces gouvernementales. Après une semaine de violences et de répressions, les manifestations organisées par l'opposition se sont déroulées sans affrontements ou agressions de la part de la police ou des paramilitaires.

    Avec notre correspondant dans la région,  Patrick John Buffe

    Une nouvelle fois, les grandes avenues de Managua ont vu onduler les drapeaux bleu et blanc que brandissaient les opposants du président. Ils étaient des milliers à participer à deux marches qui ont convergé au sud de la capitale. Les manifestants ont une fois de plus exigé le départ de Daniel Ortega, à l'adresse duquel ils criaient en cœur : « Ce n'est pas un président, mais un délinquant. »

    Au même moment, des milliers d'employés de l'Etat et des membres du Front sandiniste réalisaient, à l'appel du gouvernement, une marche en hommage aux victimes des « terroristes » qui veulent renverser le chef de l'Etat. Des «terroristes» identifiés par le pouvoir comme étant les membres de l'opposition et même les prélats de l'Eglise catholique, que Daniel Ortega accuse désormais de faire partie de ce complot contre lui.

    Malgré ces attaques, les évêques de la Conférence épiscopale se réuniront lundi pour décider s'ils continuent ou non à œuvrer comme médiateurs dans le dialogue entre l'opposition et le gouvernement. Un dialogue auquel Daniel Ortega ne semble d'ailleurs plus vouloir participer depuis qu'il a récupéré par la force les derniers bastions de l'opposition.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.