GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Facebook s'effondre à Wall Street, du jamais vu

    media Moins 19%. La chute de valorisation de Facebook est spectaculaire, c’est la plus importante jamais enregistrée à Wall Street en une journée. REUTERS/Eric Gaillard/File Photo

    Pour la première fois, Facebook s’effondre à Wall Street. A la clôture jeudi 26 juillet l’action du réseau social a chuté de 19%. Soit une perte de 119 milliards de capitalisation boursière. Du jamais vu.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

    Moins 19%. La chute de valorisation de Facebook est spectaculaire, c’est la plus importante jamais enregistrée à Wall Street en une journée. Sanction immédiate des marchés après publication de résultats décevants. Et pourtant son chiffre d’affaires est toujours en hausse, plus 42%, mais cela reste inférieur aux attentes.

    Et les prévisions sont pessimistes. Car en termes d’abonnés, Facebook semble atteindre le seuil de saturation. Avec 2,2 milliards d’utilisateurs mensuels, le réseau social continue d’augmenter, mais il stagne aux Etats-Unis et en Europe. Or ce sont les marchés où ses recettes publicitaires sont les plus lucratives. Pour la première en Europe, Facebook perd même des abonnées : moins 3 millions d’utilisateurs quotidiens.

    En cause, l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation européenne plus restrictive sur la protection des données privées. Mais aussi des dépenses de sécurité en hausse constante. Une nouvelle stratégie dont Mark Zuckerberg ne pouvait pas faire l’économie après les scandales de détournement des données personnelles de millions d’utilisateurs par Cambridge Analytica en faveur de Donald Trump et des partisans du Brexit au Royaume-Uni. Mais aussi après la manipulation du réseau social par la Russie là aussi pour influencer l’élection américaine de 2016.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.