GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    [Portrait] Brésil: Jair Bolsonaro, l’espoir anti-corruption d’extrême droite

    media Ses dérapages homophobes, racistes, misogynes sont une formule qui marche, à la Trump : éloigné des schémas politiques traditionnels, Bolsonaro ne craint pas de s’exprimer. REUTERS/Ricardo Moraes

    Il se définit lui-même comme le Donald Trump brésilien. Jair Bolsonaro, 63 ans, est en tête des sondages pour le premier tour de la présidentielle au Brésil, ce dimanche 7 octobre. Le 6 septembre, il a frôlé la mort après avoir été poignardé à l'abdomen lors d'un bain de foule. Classé à l'extrême droite de l’échiquier politique, les idées controversées de cet ancien militaire divisent, mais séduisent aussi. Portrait d’un extrême présidentiable.

    Le deuxième prénom de Jair Bolsonaro est Messias. En français, on le traduit par « messie ». Au Brésil, nombreux sont les partisans qui aiment aussi le surnommer « Bolsomito » - en portugais, mito signifie mythe et l’appellation Bolsomito est donc un jeu de mots avec le nom du député. Un messie, un mythe, « le sauveur de la patrie ». C’est comme ça qu’il est perçu par quantité de ses électeurs.

    Une ferveur qui se ressent particulièrement dans les couloirs du Congrès National du Brésil. Ils sont généralement vides de visiteurs, excepté lorsque l’on approche du cabinet du député, dont les murs sont recouverts de portraits de généraux de la dictature militaire (1964-1985).

    Un électorat hétéroclite et lassé de la corruption

    Là-bas, il n’est pas rare de voir les sympathisants patienter devant la porte et brandir leurs téléphones à l’arrivée de Bolsonaro. Pour une photo, un film, quelques mots échangés avec celui qu’ils perçoivent souvent comme le seul véritable espoir pour le Brésil, dans un contexte où les différentes Unes des journaux sont quotidiennement consacrées à des scandales de corruption.

    Ce sont d’ailleurs ces mêmes affaires qui ont permis à Bolsonaro de s’ériger en candidat anti-système, et d’attirer vers lui une partie de la population lassée des politiques corrompus. Face à eux, le député apparaît comme le candidat anti-corruption, séduisant un électorat varié pouvant aller de la bourgeoisie brésilienne, en passant par les jeunes et les déçus de la gauche, jusqu’aux habitants des favelas et fans de la culture militaire.

    Car en plus de n’avoir été cité dans aucune affaire de corruption à ce jour, ce sont aussi ses idées qui séduisent : nostalgique de l’époque de la dictature militaire, Bolsonaro s’est à plusieurs reprises exprimé en faveur de la réduction de la majorité pénale, du port d’armes et de l’intervention militaire. Il est devenu le meilleur ennemi de la gauche progressiste, affirmant qu’il voulait rendre « le fusil au producteur rural, parce que la carte de visite de l’envahisseur, c’est une cartouche de 247 ».

    De soldat à député

    Pourtant, Bolsonaro n’a pas toujours été plongé dans la politique. Né à Campinas, dans l’Etat de São Paulo, de parents d’origine italienne, il est diplômé de l'école militaire des Agulhas Negras en 1977. Là-bas il sert d'abord comme soldat, et sort de l’académie avec le grade de capitaine d'artillerie de l'armée de terre brésilienne. Il ne fait son premier pas en politique que quelques années plus tard, en 1986, où il devient le leader d’une protestation contre les salaires trop bas des militaires. Il écrit même un éditorial sur la question, dans le magazine Veja, ce qui lui vaut d’être enfermé pendant 15 jours pour « insubordination » et « infraction grave », accusé d’avoir « heurté l’éthique, créant un climat d’inquiétude au sein de l’organisation militaire ».

    Un an plus tard, Bolsonaro insiste et fait part, dans une interview dans ce même magazine, de l’opération « Voie sans issue » (Beco Sem Saída), prévoyant de faire exploser des bombes dans des baraquements et des locaux stratégiques de la base militaire, toujours pour réclamer une hausse des salaires dans l’armée. A l’unanimité - huit votes contre quatre - il est jugé non coupable par le Tribunal Supérieur Militaire, par manque de preuves.

    Les mots comme des armes

    Sa carrière politique est alors lancée, rapidement accompagnée d’une rhétorique incendiaire qui fait régulièrement la Une des journaux. Comme en 1999, lorsqu’il déclare que « la dictature militaire aurait dû assassiner quelque 30 000 personnes corrompues », à commencer par le président de l’époque, Fernando Henrique Cardoso. Ou encore en 2003, lorsqu’il lance à la députée Maria do Rosário qu’« il ne la violerait même pas, parce qu’elle ne le mérite pas », faisant référence à son physique.

    Huit ans plus tard, il déclare même qu’il serait « incapable d’aimer un fils homosexuel. Je ne vais pas être hypocrite : je préférerais qu’il meure dans un accident, plutôt qu’il soit homosexuel ». Ce sont précisément ces phrases choc qui suscitent à la fois un fort rejet chez certains, et qui, à côté, en séduisent d’autres par leur côté politiquement incorrect. Bolsonaro lui-même affirme que ses mots sont « des armes » à la Chambre des députés, et qu’il est « une personne qui dérange ».

    Marcello Reis, militant anti-Lula et pro-Bolsonaro, fait partie des séduits. « A aucun moment il n’a tenu un discours de haine. Il est contre les bandits, contre les personnes qui sont sur le chemin du mal, et ses détracteurs disent ça juste pour le décrédibiliser et détruire sa réputation ».

    Le candidat d'extrême droite a aussi ses ennemis et a frôlé la mort récemment, après avoir été poignardé à l'abdomen, le 6 septembre, par un ancien militant de gauche, lors d'un bain de foule à Juiz de Fora, au sud-est du Brésil. A peine remis de ses blessures, il a créé une nouvelle polémique, en menaçant de ne pas reconnaître le résultat des élections s'il n'était pas élu. Samedi 29 septembre, le jour où il a quitté l'hôpital, des milliers de Brésiliennes - 500 000 selon les organisateurs - ont manifesté contre lui au cri de « Non, pas lui ! ».

    « La seule solution »

    Ses dérapages homophobes, racistes, misogynes sont une formule qui marche, à la Trump : éloigné des schémas politiques traditionnels, Bolsonaro ne craint pas de s’exprimer et n’a pas peur d’offenser qui que ce soit, donnant l’impression de dire la vérité, se construisant une image d’outsider.

    Une image fausse, selon Lucio Renno, professeur de sciences politiques à l’Université de Brasilia. « Il se présente comme étant un candidat hors du système politique brésilien, alors qu’il cumule déjà sept mandats en tant que député. Toute sa famille est dans la politique », rappelle-t-il. A commencer par ses fils : Carlos, conseiller municipal carioca, Flávio, député d'État de Rio de Janeiro pour le Parti progressiste, et Eduardo, député fédéral.

    Affilié au Parti social libéral (PSL), le père Bolsonaro a mené sa carrière politique presque seul, sans le soutien ni la structure d’un grand parti, ou d’un allié de poids.

    Il a d’ailleurs changé plusieurs fois d’étiquette depuis le début de sa carrière politique, dans les années 1980, sans pour autant faire bouger les lignes de ses revendications, dont la principale est une aversion revendiquée pour la gauche, sous toutes ses formes - et principalement sous la forme de Luiz Inácio Lula da Silva, qui a gouverné le pays de 2003 à 2010. Condamné pour corruption, l'ancien président a été empêché de se représenter, permettant à Jair Bolsonaro de faire un bond dans les sondages, le donnant favori du premier tour de l'élection.

    Selon une enquête d'opinion publiée jeudi 4 octobre par l'institut DataFolha, Jair Bolsonaro renforce son avance en tête des intentions de vote pour le premier tour de dimanche 7, obtenant 35% des voix, contre 22% pour Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs (PT) de l'ex-président Lula.

    Sa victoire ne semble plus improbable, l'homme étant parvenu à se présenter comme l’antithèse des gouvernements de gauche qui ont dominé le paysage politique brésilien ces dernières années. Il saisit un électorat déçu par l’ancien président, à coup de promesses teintées de « Lula nunca mais », plus jamais Lula. « Lula a détruit le pays, affirme Marcello Reis. Pour moi, Bolsonaro peut rendre notre pays meilleur, comme Trump l’a fait aux Etats-Unis. Il est la seule solution ».

    ►A (re) lire :

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.