GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Venezuela: les opérations de change assouplies pour tenter de relancer l’économie

    media Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, tenant dans sa main un billet de 200 bolivars Miraflores Palace

    Au Venezuela, c’est la nouvelle mesure du gouvernement contre la crise économique : l'assouplissement des opérations de change afin d'attirer des capitaux étrangers. Jusqu'alors, la Banque centrale était la seule autorisée à échanger la monnaie locale contre d'autres devises, dorénavant il sera possible de le faire dans des bureaux de change.

    Au Venezuela, le dollar est utilisé par les entreprises pour l'import-export ou par les particuliers qui veulent sécuriser leurs fonds. Dans un contexte d'inflation surréaliste : 1 000 000% d'ici la fin de l'année, selon le FMI. La Banque centrale du Venezuela avait jusqu'ici le monopole des opérations de change. Résultat, un marché noir du dollar s'est développé, avec un billet vert 30 fois plus élevé que sa valeur officielle.

    L'ouverture du change à des bureaux privés va-t-elle changer la donne ? Réponse de Luis Miotti, économiste spécialiste de l'Amérique latine à l'Université Paris 13 : « Cela ne va résoudre rien du tout. Le marché qui a été habilité fonctionne 35-40 bolivars par dollar tandis qu’au marché noir, il est à 200 bolivars. Cela veut dire qu’il y a des quotas quelque part ». Cette mesure ne suffira pas à combler la demande de la population vénézuélienne, soutient l’expert.

    La semaine dernière, le président vénézuélien, Nicolas Maduro, annonçait une dévaluation spectaculaire du bolivar, en lui supprimant 5 zéros d'un coup pour faire face à l'inflation et à la crise économique qui cause de graves pénuries de nourriture ou de médicaments. Mais pour l'économiste Luis Miotti, ces mesures ne résoudront rien. « Les objectifs sont : trouver un prix d’équilibre entre l’offre et la demande de devises et donner des signaux aux producteurs, exportateurs et importateurs. Sauf que l’offre productive du Venezuela, elle est morte. »

    L'économie vénézuélienne dépend à 96% de ses revenus pétroliers, or la production nationale s'est écroulée faute d'investissements. Ces dernières années, l'agriculture ou encore l'industrie ont été totalement délaissées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.