GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat en Iran: les Etats-Unis condamnent «toute attaque terroriste, n'importe où» (Nikki Haley)
    Amériques

    Corruption en Argentine: Cristina Kirchner devant le juge

    media La sénatrice et ancienne présidente de l'Argentine Cristina Fernandez de Kirchner, au Sénat à Buenos Aires, le 8 août 2018. REUTERS/Martin Acosta

    En Argentine, les ennuis judiciaires continuent pour Cristina Kirchner. L'ancienne présidente doit être entendue ce lundi 13 août par le juge Claudio Bonadio dans l'affaire dite des « cahiers de la corruption », où elle est mise en cause, ainsi que son prédécesseur et mari, décédé en 2010, Nestor Kirchner. Elle pourrait être inculpée, mais n'ira pas en prison, du moins pour l'instant, parce que protégée par son statut de sénatrice.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Il s'agit de huit cahiers d'écolier dans lesquels l'ancien chauffeur du bras droit du ministre de la Planification a consigné les transports de fonds clandestins dont il a eu la charge entre 2004 et 2015. Selon lui, des centaines de milliers de dollars en espèces provenant d'entreprises de travaux publics, ont été convoyés à la présidence ou au domicile des Kirchner.

    Publiés il y a une dizaine de jours par le quotidien La Nación, les « cahiers de la corruption » ont déclenché l'ouverture d'une enquête judiciaire et la convocation de dizaines d'anciens responsables politiques et de chefs d'entreprise. Ceux qui ont nié les faits, les politiques sauf exception, ont été incarcérés.

    Repentis

    Mais beaucoup de chefs d'entreprise sont passés aux aveux, ce qui leur permet de bénéficier du statut de « repenti » et d'éviter la prison préventive. Parmi eux, l'ancien président de la Chambre de la construction, qui a affirmé que les avances sur travaux, de 10 à 20% selon les cas, étaient reversées à la présidence et qui a mis en cause Nestor et Cristina Kirchner.

    Les révélations des « cahiers » permettent aussi de relancer d'autres affaires, dont deux où Cristina Kirchner est déjà inculpée. Même si elle est encore protégée par son statut de sénatrice, l'étau judiciaire se resserre sur l'ancienne présidente.

    à (re)lire: «Cahiers de la corruption» en Argentine: Diego Cabot raconte son enquête

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.