GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: L’ex-présidente argentine Cristina Kirchner dénonce une «persécution»

    media L'ancienne présidente argentine à sa sortie du tribunal fédéral de Buenos Aires, le 13 août 2018. ©EITAN ABRAMOVICH/AFP

    « Une journée noire pour Cristina Kirchner », titre ce matin le quotidien chilien La Tercera. Nouvel épisode dans l’affaire dite des « cahiers de la corruption ». Ce lundi, c’était au tour de l’ancienne présidente argentine, Cristina Kirchner de comparaître devant le juge en charge de l’affaire, Claudio Bonadio. Une audition qui aura été de courte durée. Cristina Kirchner s’est bien présentée, détaille le quotidien, mais elle n’a pas souhaité répondre aux questions. L’ancienne dirigeante a remis une déposition écrite au juge et a ensuite dénoncé un complot, une « persécution politique » de la justice qui serait de connivence avec les autorités. Cristina Kirchner qui est par ailleurs une ancienne avocate a récusé le juge, l’estimant « partial » et réclame désormais la comparution du président argentin Mauricio Macri.

    Une position qui tranche avec celle d’un de ses anciens proches qui a passé un accord hier avec la justice et qui est donc désormais un repenti. Il s’agît d’un certain Claudio Uberti, un collaborateur très proche de l’ancien président et mari de Cristina, Nestor Kirchner, détaille Clarin. Recherché par la justice depuis vendredi dernier, il a scellé un accord avec le juge en charge de l’affaire et va donc activement collaborer, selon le quotidien. Une très mauvaise nouvelle pour Cristina Kirchner estime Clarin. C’est le huitième repenti dans cette affaire, précise le journal.

    Des mesures pour freiner la crise économique au Venezuela

    Une crise qui n’en finit plus. Pour rappel le FMI, le Fonds monétaire international, estime que l’inflation dans ce pays pourrait atteindre un million de pour cent à la fin de l’année. Ce lundi, le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé deux grandes mesures, détaille Tal Cual. La première concerne le prix de l’essence. Il restera subventionné par l’État pour tout détenteur du Carnet de la patrie. Un document controversé et critiqué par l’opposition qui estime qu’il permet aux autorités de contrôler la population. Pour ceux qui n’auraient pas fait la demande du Carnet de la patrie avant ce vendredi, il faudra payer le carburant à un tarif international, selon Nicolas Maduro. L’autre mesure concerne le taux de la monnaie nationale, le bolivar, qui n’en finit plus de perdre de la valeur. Les autorités vénézuéliennes ont annoncé que désormais sa valeur serait rattachée à celle du Petro, une crypto monnaie lancée en début d’année dont la valeur est adossée aux réserves de pétrole et de minerais du pays. Une mesure surprenante et dont la presse nationale ne connaît pas les détails précise Tal Cual.

    En Californie : la visite du secrétaire à l’Intérieur critiquée

    Ryan Zinke, chargé essentiellement des parcs nationaux et des affaires indiennes, et le secrétaire américain à l'Agriculture, Sonny Perdue, étaient en Californie ces deux derniers jours pour voir de leurs propres yeux l’étendue des dégâts, nous apprend le San Francisco Chronicle. Carr a ravagé près de 90 000 hectares, tués sept personnes et détruit plus de 1 500 bâtiments. Il n’est toujours pas maîtrisé à l’heure actuelle. Et pour le secrétaire à l’Intérieur Ryan Zinke, le réchauffement climatique ne serait pas en cause. Selon lui, c’est la mauvaise gestion des forêts californiennes qui expliquerait la multiplication des incendies ces dernières années. Des déclarations qui ont soulevé un tollé dans le camp des écologistes qui, même s’ils reconnaissent que ces forêts sont trop touffues, trop fournies selon eux, ce n’est pas ce qui explique la multiplication des incendies. Ryan Zinke souhaite une nouvelle politique en matière de gestion des forêts. Une politique qui n’a que pour ambition de meilleures retombées commerciales, estiment ces experts dans les pages du San Francisco Chronicle.

    L’arrestation d’un célèbre opposant cubain soulève de nombreuses interrogations

    Alors que les Cubains sont appelés depuis hier à débattre du projet de nouvelle Constitution avant la tenue d’un référendum le 14 février 2019, la détention depuis le 3 août de José Daniel Ferrer inquiète de nombreuses organisations de défense des droits de l’homme. José Daniel Ferrer est le leader de l’UNPACU, l’Union patriotique de Cuba, une organisation politique pacifique très active. Depuis qu’il a été arrêté, plus personne n’a de nouvelle de lui, précise El Nuevo Herald. Il serait accusé de « tentative d’assassinat » contre un officier des forces de sécurité, précise le quotidien. Il aurait tenté de l’écraser avec son véhicule, selon le bureau du procureur de Santiago de Cuba alors que l’officier en question a juste été touché par la voiture, ce qui ne lui a occasionné que quelques griffures et un hématome. Selon des proches de José Daniel Ferrer, cet officier se serait au contraire délibérément jeté devant le véhicule. Depuis son arrestation, plus personne n’a de nouvelles ce qui fait craindre le pire selon ses proches qui rappellent qu’en 2003, il avait déjà été arrêté et condamné à 25 ans de prison.

    En Haïti, un parti politique dénonce le partage du gâteau réclamé par les parlementaires

    Il s’agit du parti Ayisyen pou Ayiti précise le site d’information Alter Presse. Il demande aux parlementaires haïtiens de ne pas réclamer de contrepartie en échange d’un vote de soutien de la déclaration de politique générale du nouveau premier ministre Jean-Henry Céant. Ce parti exhorte au contraire les partis politiques à jouer pleinement leur rôle constitutionnel de contrôle. Les députés et sénateurs haïtiens ont pour habitude de réclamer des ministères ou des directions générales d’entreprises autonomes de l’État selon Ayisyen pou Ayiti qui appelle donc à mettre un terme à de telles pratiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.