GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: La presse américaine dénonce les attaques de Donald Trump

    media A l'initiative du Boston Globe, plus de 200 journaux américains ont décidé de contre-attaquer après les déclarations de Donald Trump et de ses partisans qui ne cessent de les critiquer. (Photo : le 15 août 2018 à Boston) ©Joseph PREZIOSO/AFP

    Plus de deux cents journaux américains ont décidé ce jeudi de contre-attaquer après les déclarations de Donald Trump et de ses partisans qui ne cessent de les rabaisser. Des journaux -locaux et nationaux- qui publient des éditoriaux qui rappellent et soulignent l’importance d’une presse libre. Le quotidien qui avait lancé cette initiative est le Boston Globe. Un quotidien qui publie en Une aujourd’hui ce titre « Les journalistes ne sont pas l’ennemi ». Dans son édito le quotidien justifie cette réaction de la presse libre qui subit des attaques constantes de la part du président américain. « Une attitude, estime le Boston Globe, qui aura de graves conséquences », d’où cet appel lancé. Sous son éditorial, le quotidien met en ligne une carte des États-Unis où apparaissent des points rouges. Chaque point représentant un média qui s’est joint à cette campagne. Une carte des États-Unis bien remplie. Des extraits de tous les éditoriaux sont également publiés, tous comme dans le New York Times, autre grand quotidien qui participe à cette campagne. Des éditos qui dénoncent des propos, des menaces proférées par Donald Trump qui représentent une menace, un président qui tente de mettre à mal le premier amendement, estiment ces quotidiens.

    Certains journaux, pourtant critiques de la politique menée par la Maison Blanche, ont préféré quant à eux ne pas participer à cet élan collectif. C’est le cas notamment du San Francisco Chronicle. Le journal californien explique sa démarche. Non il n’est pas un soutien du président américain. Au contraire, ce journal n’arrête pas de dénoncer les propos outranciers de Donald Trump. Le San Francisco Chronicle publie d’ailleurs des extraits des articles en question. Mais en tant qu’organe de presse indépendant, il ne peut se joindre à une telle initiative. Cela irait à l’encontre de ces principes qui sont les mêmes que ceux qui séparent l’État et l’Église, expliquent-il. Qui plus est : selon l’éditorialiste, « participer à une réponse collective cela signifie entrer dans le jeu de Donald Trump qui n’a de cesse de rappeler que les médias se sont alliés contre lui ». Les éditos du San Francisco Chronicle continueront de dénoncer la guerre menée par Donald Trump contre la presse. Le silence de ce jeudi est en quelque sorte la contribution, à sa manière, de ce quotidien, conclut l’éditorialiste.

    Les manifestations contre les autorités au Nicaragua se poursuivent

    Deux marches des opposants au régime étaient organisées ce mercredi dans les rues de la capitale Managua. La première précise le journal Hoy avait pour mot d‘ordre la démission de Daniel Ortega, le président nicaraguayen, ainsi que celle de sa femme qui occupe le poste de vice-présidente. L’autre marche avait pour objet de dénoncer la détention des opposants politiques. Une marche qui se tenait le jour même où s’ouvrait la première audience des leaders paysans arrêtés le mois dernier précise La Prensa. Trois d’entre eux sont officiellement poursuivis pour l’assassinat de quatre policiers et d’un enseignant, ce que dénoncent leurs proches. Leur procès s’ouvrira le 1er octobre prochain.

    Enfin, une troisième manifestation s’est également tenue dans le nord de la capitale. Cette fois ce sont des partisans du président qui défilaient précise El Nuevo Diario, quotidien proche du pouvoir. Des partisans qui réclamaient son maintien au pouvoir et qui dénonçaient l’arrivée d’une commission de l’OEA, l’Organisation des États d’Amérique. Commission, il faut le préciser, qui a pour objet de tenter de trouver des solutions à cette crise.

    Les autorités mexicaines offrent une forte récompense en échange d’information sur un narcotrafiquant

    Les autorités offrent près d'un million et demi d’euros à toute personne qui pourrait fournir des informations sur un baron de la drogue. Il s’agit de Ruben Oseguera Cervantes, surnommé « El Mencho », chef du cartel Jalisco Nueva Generacion. C’est à l’heure actuelle le narcotrafiquant le plus recherché du pays selon El Universal. Une récompense qui a été rendue publique le jour même où les autorités américaines et mexicaines ont annoncé avoir scellé un accord pour mettre en place une équipe commune, qui sera basée à Chicago, et dont le but sera de lutter contre ces cartels, notamment de démanteler et mettre à mal les structures financières de ces groupes délictueux afin de les affaiblir. Une initiative saluée par El Universal.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.