GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: Aretha Franklin, «La reine est morte, longue vie à la reine»

    media Toute la presse américaine a rendu un hommage à la reine de la soul disparue ce jeudi 16 août 2018. (Photo : Aretha Franklin en 1970.) © Ron Howard/Getty Images

    Le visage et la voix d'Aretha Franklin sont à la une aujourd'hui de toute la presse américaine. Depuis l’annonce de sa mort hier, tous les grands titres ont rendu hommage à la chanteuse décédée à l’âge de 76 ans. Pour le Los Angeles Times, « il n’y a aucun genre musical qui ne porte pas sa marque d’une manière ou d’une autre ».

    « Aretha Franklin était bien plus que la reine de la soul », écrit Eugène Robinson dans le Washington Post. « Elle n'était pas chanteuse d'opéra, mais a brillé lors des Grammy Awards en 1998 lorsqu'elle a entonné l'aria de Puccini. Elle n'était pas chanteuse de jazz, mais ses interprétations de Love for Sale ou Misty  sont considérées comme des références en la matière. Elle n'était pas chanteuse de gospel, mais je défie quiconque de l'entendre chanter Precious Lord et de ne pas ressentir l'esprit divin. »

    Une nouvelle controverse, signée Donald Trump

    La presse américaine a réagi ce matin suite à la dernière décision controversée prise par Donald Trump : le président américain a révoqué hier l'habilitation secret-défense de l'ancien chef de la CIA, John Brennan, un ex-conseiller et proche de Barack Obama, fréquemment critique envers Donald Trump. « John Brennan se servait de ce privilège pour semer la discorde et le chaos au sein de l’administration américaine », a déclaré le président américain.

    « Quel est l'intérêt d'être président si on ne peut pas utiliser les outils du gouvernement pour punir les critiques ? » se demande ironiquement le New York Times. Historiquement, les anciens chefs des agences de sécurité étaient autorisés à conserver un accès aux informations classées secret défense. Mais la Maison Blanche a signé la fin de cette tradition estimant que « les antécédents de John Brennan jetaient un doute sur son objectivité et sa crédibilité ».

    Cette révocation a été qualifiée de fessée par le quotidien new-yorkais et qui n'est selon lui que « la dernière manifestation de ce qui est désormais devenu normal pour ce président : utiliser les leviers du pouvoir pour punir les critiques et décourager d'autres détracteurs à parler. ». Une certaine conception du poste de président qui fait dire à l'éditorialiste David Ignatus dans les pages du Washington Post : « un pas de plus vers l'abîme »

    « Le cardinal Wuerl doit partir »

    Après deux jours de silence, le pape François a réagi au scandale de pédophilie qui touche l'Église en Pennsylvanie. Il a assuré vouloir « écouter les victimes ». La question, maintenant, est de savoir si le pape placera les évêques devant leurs responsabilités.

    Une question à laquelle répond, sans détour, Marc Thiessen dans le Washington Post : « le cardinal Wuerl doit partir ». Aujourd'hui archevêque de Washington, Donald Wuerl a été l'évêque de Pittsburgh de 1988 à 2006 et aurait dissimulé des cas d'agressions sexuelles commis par des prêtres.

    Une enquête des services du procureur de Pennsylvanie publiée mardi a mis au jour des abus sexuels perpétrés par plus de 300 « prêtres prédateurs ». Ce rapport note qu’un réseau de « prêtres prédateurs opérant au sein du diocèse de Pittsburgh, partageaient des renseignements ou des informations concernant les victimes et s’échangeaient les victimes entre eux. (…) Ils ont utilisé des fouets, la violence et le sadisme pour violer leurs victimes ».

    « Il ne s’agit pas seulement de se débarrasser de quelques pommes pourries, commente le Washington Post, la repentance exige de faire face à ses responsabilités. Et la responsabilité exige la démission. »

    En Argentine, l’étau se resserre autour de Cristina Kirchner

    C'est une information à lire dans le quotidien Clarin. Quinze jours après le début de ce scandale, l'homme d'affaires Gabriel Romero a reconnu devant les tribunaux qu’il avait versé des pots-de-vin, près de 600 000 dollars, au gouvernement de Cristina Kirchner. Objectif selon le quotidien : que l'Etat continue de lui céder l'exploitation d'un canal hydraulique. Les sénateurs examinent en ce moment la demande de perquisition du juge Claudio Bonadio chez l'ex-présidente Cristina Kirchner. La réponse devrait tomber dans la journée.

    Une manifestation d’étudiants au Honduras violemment réprimée

    La police hondurienne a réprimé jeudi à Tegucigalpa une manifestation de centaines d'étudiants qui réclamaient une baisse des tarifs de transport.

    Ils étaient mille selon la presse hondurienne. Mille étudiants à avoir érigé des barricades sur un boulevard de la capitale. Pour dégager la voie, les policiers ont jeté des gaz lacrymogènes. « Un homme a dû me donner de l'eau parce que je n'arrivais plus à respirer. Pourtant ce n'était pas mal ce que nous faisions » raconte un jeune étudiant dans le quotidien La Prensa. De nombreux établissements scolaires partout dans le pays sont occupés depuis plusieurs jours pour obtenir du gouvernement une baisse des tarifs de transport pour les étudiants, les personnes âgées et les femmes enceintes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.