GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: Nicolas Maduro lance une nouvelle monnaie pour faire face à la crise

    media Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé le lancement d'une nouvelle monnaie, le bolivar souverain, depuis le palais présidentiel de Miraflores à Caracas, le 17 août 2018. Miraflores Palace/Handout via REUTERS

    Au Venezuela, le président Nicolas Maduro a annoncé pour ce lundi 20 août le lancement d’une nouvelle monnaie, le bolivar souverain, pour endiguer la grave crise économique que connaît le pays. Une reconversion monétaire qui inquiète les Vénézuéliens.

    Longues files d’attente dans les commerces et aux stations d’essence... La population se prépare à l’arrivée de nouveaux billets, qui compteront cinq zéros de moins que les actuels.

    Les Vénézuéliens redoutent surtout une nouvelle hausse des prix. Le pays fait déjà face à une inflation galopante qui pourrait atteindre 1 000 000% cette année, selon les dernières prévisions du Fonds monétaire international.

    Pour faire ses courses, la population compte en millions. Le prix du kilo de viande vaut près de six millions de bolivars, soit près d’un dollar américain. Certains commerçants arrêtent même de compter les billets et les pèsent à la place.

    Quasi-faillite

    Le pays est, toujours, au bord de la faillite. Avec une dette publique de 150 milliards de dollars et sa production de pétrole, sa principale source de revenus, a baissé de moitié en un an.

    Ce n’est pas la première fois que le pays a recours à un tel dispositif. En près de dix ans, la monnaie nationale a déjà perdu huit zéros. Sans aucun résultat.

    Ce plan de relance économique comprend également des mesures pour augmenter le pouvoir d’achat. Le président Nicolas Maduro souhaite fixer le nouveau salaire minimum à 1 800 bolivars souverains, soit une multiplication par 34 du salaire minimum actuel.

    Pour moi les nouvelles mesures ne vont pas améliorer la situation. Au contraire, ces mesures vont approfondir la crise sociale, économique et politique que l'on vit depuis des mois ou peut-être des années.

    Luisa Berlioz, habitante de Caracas, doute de l'efficacité de ces mesures 19/08/2018 - par Stefanie Schüler Écouter

    Pénuries

    Dans la rue, l’heure est au découragement, car ce plan de reconversion monétaire prévoit également un nouveau système pour le prix de l’essence, qui mettra un terme à sa quasi-gratuité.

    Les pénuries alimentaires s'enchaînent et les produits de base sont épuisés. Sans compter le manque de médicaments dans les hôpitaux et d'électricité pour la consommation.

    Tout le monde se prépare, on a essayé d'acheter de la nourriture basique au moins pour une semaine, parce qu'on ne sait pas ce qu'il peut se passer lundi et mardi.

    Luisa Berlioz raconte l'inquiétude des Vénézuéliens face aux pénuries 19/08/2018 - par Stefanie Schüler Écouter

    Grève

    Trois des principaux partis d'opposition annoncent d'ores et déjà des grèves, à partir de la semaine prochaine.

    Le plan avec lequel Nicolas Maduro veut endiguer la grave crise socio-économique n'est rien d'autre qu'un « plan de destruction », ont écrit dans un communiqué trois des principaux partis d'opposition du Venezuela, Primero Justicia, Voluntad Popular et Causa R. Ils fustigent des mesures « désordonnées et irrationnelles » qui, selon eux, « ne feront qu'accroître le chaos » dans le pays.

    « A aucun moment M. Maduro ne nous dit comment il compte augmenter au Venezuela la production des biens et des services que demandent les Vénézuéliens, regrette Alfonso Marquina, député du parti Primero Justicia et vice-président du Parlement vénézuélien. Si la production n'augmente pas mais que les entreprises doivent maintenant en plus financer une augmentation du salaire minimum et payer plus d'impôts, sans parler qu'elles continuent à être soumises à un contrôle des prix, et bien le peu d'entreprises qui nous reste dans notre pays vont devoir cesser leur activité. »

    Face à ce danger, l'opposition lance donc un appel à « l'union nationale et à une grève générale » à partir de mardi.

    Il n'y a eu aucune préparation pour cette reconversion monétaire. L'information qu'on nous transmet est très vague.

    Pour Maria Carolina, habitante de Caracas, la confusion règne 20/08/2018 - par Stefanie Schüler Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.