GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Enquête Mueller: Donald Trump charge le New York Times sur Twitter

    media Le président Trump, le 19 août 2018 à Washington. REUTERS/Yuri Gripas

    Dans une série de tweets, dimanche 19 août 2018, le président américain se dit victime d'un retour au maccarthysme aux Etats-Unis. Dans le viseur de Donald Trump, une fois de plus, le procureur spécial Robert Mueller chargé d'enquêter sur la collusion présumée entre son équipe de campagne et la Russie en 2016.

    Avec notre correspondant aux Etats-Unis,  Eric de Salve

    Au total, pour crier au maccarthysme dimanche matin, Donald Trump a posté une salve de sept tweets ponctués de majuscules et de points d'exclamation. « Avec Mueller et son gang, s'exclame le président américain, nous sommes en ce moment dans une période qui fait passer McCarthy pour un débutant. »

    Selon Donald Trump, l’enquête du procureur spécial Robert Muller sur la collusion présumée de son équipe de campagne avec la Russie signerait le retour d'une paranoïa digne de l'inquisition anticommuniste lancée par le célèbre sénateur du Wisconsin en pleine guerre froide dans les années 1950.

    « Maccarthysme de la pire espèce », tweete encore le président. Raison de cette ire dominicale ? Un article du New York Times, selon lequel un avocat de la Maison Blanche, Don McGahn, a largement coopéré avec Robert Mueller au cours de ses 30 heures d'interrogatoires pendant neuf mois.

    Fake News Medias, fulmine Donald Trump, qui précise : « Je l'ai autorisé ainsi que tous les autres à témoigner. » « Je n'ai rien à cacher, s'emporte le président. J'ai exigé la transparence pour que la chasse aux sorcières truquée et abominable puisse prendre fin », poursuit-il.

    Dans un tweet, le New York Times lui a répondu en apportant son plein soutien aux deux journalistes auteurs de l'article et lauréats du prestigieux prix Pulitzer. Des journalistes régulièrement pris à partie par Donald Trump pour leurs articles jugés trop critiques par le président américain.

    → À relire : 200 médias américains répondent aux attaques incessantes de Trump

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.