GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Afflux de migrants vénézuéliens à la frontière équato-colombienne

    media Une file de migrants vénézuéliens sur le pont Rumichaca, à la frontière Colombie-Equateur, le 18 août 2018. REUTERS/Luisa Gonzalez/File Photo

    Le flux de Vénézuéliens qui fuient la crise de leur pays ne tarit pas. Principal point de passage entre la Colombie et l’Equateur, le pont Rumichaca tourne rapidement au camp de migrants. L'Equateur exige désormais que ces derniers aient un passeport pour les laisser entrer. La mesure, annoncée la semaine dernière, est entrée en vigueur samedi 18 août.

    Avec notre envoyée spéciale, Marie-Eve Detoeuf

    Au pied du pont Rumichaca, il y a la longue queue des Vénézuéliens qui vont faire tamponner leur passeport. Ils sont arrivés là en bus ou en stop, et veulent continuer jusqu'au Pérou ou plus loin. Et puis, assis sur le trottoir, il y a les autres, qui voudraient eux aussi continuer leur route mais qui n’ont pas de passeport.

    L’Equateur exige un passeport depuis samedi 18 août. La mesure a pris de court des centaines de migrants.

    « Le président équatorien ne veut pas céder. C’est terrible ce qu’il nous fait. Nous, nous ne voulons pas rester dans son pays, nous voulons juste qu’il nous laisse passer, parce que nos familles sont en train de mourir de faim au Venezuela. Il n’y a pas de médicaments dans les hôpitaux, il n’y a rien a manger. Si notre pays allait bien, nous serions restés au Venezuela », témoigne l'un d'entre eux.

    Difficile d'obtenir un passeport

    Pourquoi sont-ils partis sans passeport ? Parce qu’il est difficile d’en obtenir un au Venezuela.

    « Sans magouille, ce n’est pas possible. Pour obtenir un rendez-vous, il faut que tu payes beaucoup d’argent. Et maintenant, ils te le font payer en dollars. Alors, il n'y a pas moyen ! Ce n’est pas que nous voulons ne pas avoir nos papiers en règle, c’est que nous ne pouvons pas », rajoute une autre migrante.

    A RELIRE : Rejet grandissant des migrants vénézuéliens en Amérique latine

    Les Vénézuéliens sans passeport qui s’apprêtent à passer une nouvelle nuit sur le trottoir grelottent dans leurs petites couvertures. Il fait froid sous les tropiques, à 2 900 mètres d’altitude.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.