GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Frontière équatorienne: les Vénézuéliens en détresse veulent gagner le Pérou

    media Des Vénézuéliens font la queue à Huaquillas, en Équateur, à la frontière avec le Pérou, le 24 août 2018. L'Équateur a ouvert un corridor pour permettre aux migrants vénézuéliens d'accéder à la frontière péruvienne avant l'annonce de restrictions de Lima. CRIS BOURONCLE / AFP

    Depuis samedi 25 août, les migrants vénézuéliens doivent présenter un passeport en règle pour pouvoir gagner le Pérou à partir du poste-frontière d’Huaquillas, en Équateur, qui mène à la ville de Tumbes. Même si Lima commence à accepter quelques exceptions, le nombre de migrants a baissé.

    Avec notre envoyé spécial à Huaquillas, Éric Samson

    À 24 heures du durcissement des règles migratoires, le chiffre de migrants acceptés chaque jour au Pérou a chuté à la moitié : 1 630 personnes samedi 25 contre plus de 5 000 il y a trois semaines, jour record selon Eduardo Sevilla, Intendant péruvien de Migration. Les organismes de défense des droits de l’homme craignent que les migrants n’ayant que leur carte d’identité essaient désormais de passer clandestinement.

    Il y a pourtant un plan B, selon Raquel Alvarez, de l’Organisation jésuite Encuentros. « Nous identifions des cas individuels ou familiaux qui ont besoin de protection internationale. Si nous voyons des personnes qui sont menacées au Venezuela, nous leur donnons tous les renseignements possibles pour qu’elles puissent obtenir le statut de réfugiées au Pérou. »

    Outre une tolérance spéciale pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées qui seront acceptés même sans passeport, le gouvernement péruvien étudie la possibilité d’être généreux pour accepter les migrants en tant que réfugiés, selon leurs conditions. C’est en tout cas ce qu’espère l’avocat Luis Alberto Torres, qui a vécu des conditions extrêmes : « Pendant toute l’année 2017, j’ai eu de graves problèmes de santé provoqués par la faim et la dénutrition chronique. Je ne mangeais que de l’igname et des piments. J’ai perdu tellement de poids que je ne pouvais plus poser les fesses sur une chaise ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.