GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine: des cours dans la rue pour alerter sur la situation des universités

    media Cours de chimie devant la Casa Rosada. Les professeurs de l'Université de Buenos Aires organisent des cours dans les rues de la capitale pour attirer l'attention sur la situation difficile que traverse l'université publique en Argentine. RFI/Aude Villiers-Moriamé

    Salaires des professeurs en berne, manque de matériel, coupures de courant... En Argentine, la situation des universités publiques devient critique. Ce jeudi 30 août, une immense manifestation est prévue à Buenos Aires : étudiants et professeurs de tout le pays vont défiler dans la capitale pour défendre l'enseignement supérieur public.

    Avec notre correspondante à Buenos Aires,  Aude Villiers-Moriamé

    Leila Rodriguez doit hausser la voix pour couvrir le vacarme des voitures et des marteaux piqueurs. Debout, au milieu de la place de Mai, cette professeure de chimie de l'Université de Buenos Aires donne un cours à des élèves de première année.

    « Ces cours donnés en public nous permettent d'attirer l'attention de la société. Surtout ici, place de Mai, où passent énormément de personnes pendant la journée. » Leïla et ses confrères revendiquent une hausse salariale. Le gouvernement argentin ne leur propose que 15 % d'augmentation annuelle, alors que le taux d'inflation devrait dépasser les 30 %.

    Inacceptable pour les professeurs, qui exigent aussi l'augmentation du budget alloué aux universités publiques. « On manque d'argent à l'université : on n'a pas de gaz et on n'a pas pu acheter beaucoup de nouveaux réactifs cette année par exemple. C'est très grave ce qu'il se passe : on n'essaie pas simplement d'améliorer l'université, on veut la soutenir, empêcher qu'elle s'effondre. »

    Juliana, étudiante de troisième année en biologie, explique que la situation est telle que beaucoup de ses camarades envisagent de quitter l'Argentine : « C'est une possibilité qu'on a toujours en tête, parce que si ce système continue de nous pousser dehors, on n'aura pas beaucoup d'autres solutions... »

    En attendant, Juliana compte bien se battre. La jeune femme défilera ce jeudi avec ses camarades et ses professeurs en défense de l'université publique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.