GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Alena: Ottawa sous la pression de Washington

    media Justin Trudeau et Donald Trump lors d'une visite du Premier ministre canadien à Washington, en octobre 2017. REUTERS/Jonathan Ernst/File Photo

    Alors que les négociations entre le Canada et les Etats-Unis sont suspendues jusqu’à mercredi, le chef de la Maison-Blanche a prévenu le Congrès américain de ne pas mêler de cette affaire. Il pourrait mettre fin à l’accord de libre-échange nord-américain si les représentants refusaient de ratifier une entente excluant le Canada.

    Avec notre correspondante à Montréal, Pascale Guéricolas

    Les autorités fédérales canadiennes ont choisi de ne pas répliquer aux tweets du président Trump. Samedi, ce dernier a répété une fois de plus que le Canada a profité des Etats-Unis pendant plusieurs années : « Il n'y a pas de nécessité politique à garder le Canada au sein du nouvel accord de l'Alena. Si nous n'avons pas un accord juste pour les Etats-Unis après des décennies d'abus, le Canada en sera exclu »

    Selon certains observateurs, ces attaques visent à pousser le Canada à faire des concessions, en abandonnant notamment son marché protégé pour plusieurs productions agricoles.

    Conscient de l’enjeu des négociations, le Premier ministre Justin Trudeau a passé une partie de la journée pendu au téléphone. Il a notamment consulté les Premiers ministres des provinces, mais aussi et surtout l’ancien Premier ministre canadien Brian Mulroney, qui avait conclu le premier accord d’échange avec les Etats-Unis, ainsi que le principal syndicat des ouvriers de l’automobile.

    Ce secteur a fait en effet l’objet de concessions lors de l’entente entre le Mexique et les Etats-Unis. Au Québec, le risque de voir le Canada céder certaines parts du marché agricole pour préserver une entente avec les partenaires américains inquiète.

    Le Premier ministre, actuellement en campagne, a d’ailleurs constaté que si les Etats-Unis étaient des alliés du Canada, le président américain, lui, ne l’était pas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.