GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brett Kavanaugh, la droite en force à la Cour suprême américaine?

    media Brett Kavanaugh, magistrat catholique et figure du camp conservateur, a été choisi par Donald Trump pour siéger à la Cour suprême. REUTERS/Joshua Roberts

    Ce mardi 4 septembre, débute l'audition publique de Brett Kavanaugh devant le Sénat américain. Donald Trump a choisi ce candidat conservateur pour succéder au juge Kennedy parti à la retraite. L’audition va durer trois ou quatre jours. La bataille politique est déjà féroce autour de cette nomination à vie, qui, si elle est confirmée, ancrera fermement du côté conservateur la Cour suprême, souvent appelée à trancher sur les questions brûlantes de société comme l'avortement ou les armes.

    Sur le papier, écrit l'un de nos correspondants aux Etats-Unis, Eric de Salve, la nomination de Brett Kavanaugh ne changerait rien à la couleur politique de la Cour suprême. Ce conservateur remplacerait en effet un autre conservateur parti à la retraite. Mais en réalité, ses nombreux détracteurs craignent que sa nomination ne fasse durablement basculer la haute cour à droite. Car ce siège que Donald Trump veut lui confier n’est pas n’importe lequel. Il s’agit en effet de remplacer un juge pragmatique, Anthony Kennedy, qui jouait le rôle de balancier entre les quatre autres conservateurs et les quatre libéraux.

    Sur les questions les plus sensibles, Kennedy votait parfois au côté des progressistes. En 2016, par exemple, son vote permet d’annuler une loi qui aurait fortement compliqué l’avortement au Texas. Si Kavanaugh et Gorsuch, l’autre juge nommé par Donald Trump en avril, avaient été membres de la Cour à ce moment, écrit le New York Times, « la décision aurait certainement été différente ».

    Car aux yeux du camp démocrate, vent debout contre sa candidature, ce catholique pratiquant ancien conseiller de George W. Bush est un conservateur intransigeant qui menace notamment le droit à l’avortement et ceux des homosexuels. Autre inquiétude de l’opposition : son indépendance vis-à-vis de Donald Trump. Car en pleine enquête sur la collusion présumée de son équipe de campagne avec la Russie en 2016, Brett Kavanaugh estime que le président américain devrait bénéficier d’une immunité présidentielle.


    Sylvie Noël (RFI) a posé trois questions à Anne Deysine, professeur émérite à l'université de Paris-Nanterre, spécialiste des Etats-Unis et auteur de La Cour suprême des Etats-Unis. Droit, politique et démocratie (Ed. Dalloz).

    Qui est Brett Kavanaugh ?

    Anne Deysine : Brett Kavanaugh est pour certains le candidat idéal, pour d’autres, le diable, mais objectivement, c’est un conservateur extrêmement brillant. Il appartient au vivier de la Federalist Society. Cette puissante organisation, créée par le ministre de la Justice de Ronald Reagan en 1982, a pour but de former de jeunes juristes conservateurs, qui ne basculeront pas, plus tard, dans le camp progressiste. C’est l’une des grandes craintes des républicains, celle de nommer un juge conservateur qui au fil des années deviendrait plus progressiste. C’est pourquoi, depuis une trentaine d’années, les républicains sélectionnent les candidats pour les juridictions fédérales et la Cour suprême, parmi les juges conservateurs qui gravitent autour de la Federalist Society.

    Brett Kavanaugh a par ailleurs travaillé en politique, ce qui est devenu très rare chez les juges de la Cour suprême. Il siège à la cour d’appel du district de Columbia, la capitale, depuis sa nomination par George W. Bush, en 2006.

    Pourquoi sa candidature suscite-t-elle des craintes, notamment chez les démocrates ? En amont de l’audience, le débat s’est cristallisé sur la question de l’avortement.

    Anne Deysine : Il faut avoir des craintes concernant l’avortement, mais concernant aussi de nombreux autres dossiers : vie privée (contraception, mariage homosexuel), mais aussi des droits qui semblent de second plan actuellement, et qui sont pourtant tout aussi importants comme les droits économiques et sociaux, les droits civiques et politiques (le droit de vote, le découpage électoral). Brett Kavanaugh croit en un pouvoir exécutif tout puissant qui ne puisse être bloqué, voire freiné, par le pouvoir judiciaire. Il a écrit deux articles en 1996 et 1998 dans ce sens. Donc, selon moi, c’est en fait, un danger tous azimuts. L’avortement n’est qu’un arbre qui cache la forêt.   

    Comment s’annoncent les jours d’audience, ainsi que le vote ?

    Anne Deysine : Dans mon ouvrage, La Cour suprême des Etats-Unis. Droit, politique et démocratie, je parle d’un ballet bien chorégraphié. C’est-à-dire qu’il ne va rien se passer d’autant que grâce au travail de la Federalist Society, les juges soient bien formés, bien formatés et armés pour esquiver les questions des sénateurs. Cela fait 20 ans que ça dure. Le spectacle est fabuleux, mais rien ne se passe d’autant qu’arithmétiquement, le juge Kavanaugh est presque assuré d’être confirmé par le Sénat. Après la disparition de John McCain, les républicains disposent de 50 voix. Les conservateurs ont pu craindre un temps que deux sénatrices (Susan Collins et Dianne Feinstein) ne fassent défection, mais elles ont depuis tenu des propos expliquant que c’était à leurs yeux, un juge compétent.

    Par ailleurs, il y a trois sénateurs démocrates qui doivent se faire réélire en novembre prochain dans des Etats qui ont voté massivement pour Donald Trump en 2016. Ces trois sénateurs démocrates ne vont pas mettre leur siège en danger, donc, on peut penser que Brett Kavanaugh sera confirmé avec au moins 53 voix.

    A noter que Donald Trump remplit pleinement ses engagements auprès de son électorat conservateur et des évangélistes. Avec deux juges à la Cour suprême, une trentaine de juges conservateurs nommés dans les cours d’appel locales et de nombreuses autres nominations - puisqu’au départ de Barack Obama il y avait 200 postes vacants -, Donald Trump est en train de modifier pour les 40 prochaines années la physionomie du pouvoir judiciaire fédéral. C’est là que réside la gravité de la situation, car dans un avenir proche, le démantèlement des droits se produira en première instance, ou en cours d’appel sans que l’affaire n’arrive devant la Cour suprême.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.