GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Guatemala: Morales bannit le chef de la mission anticorruption de l'ONU

    media Des manifestants défilent à Guatemala pour demander la démission du président Jimmy Morales, le 12 septembre 2018. REUTERS/Luis Echeverria

    Depuis plusieurs jours, des milliers de Guatémaltèques bloquent les rues du pays, inquiets des signaux envoyés par le président Morales en matière de lutte contre la corruption. Jimmy Morales a en effet décidé de ne pas renouveler le mandat de la Commission onusienne qui aide la justice guatémaltèque à démanteler les réseaux de corruption, la Cicig, qu'il accuse d'ingérence. Il a aussi annoncé que son magistrat en chef serait désormais considéré persona non grata au Guatemala.

    Ingérence dans les affaires nationales, ou plutôt dans les affaires du président Morales lui-même. La Cicig et la justice guatémaltèque ont récemment demandé la levée de l'immunité présidentielle, dans le cadre d'une enquête pour financement illégal de sa campagne électorale.

    Jimmy Morales est soupçonné d'avoir dissimulé 1 à 2 millions de dollars de financements pour le parti de droite FCN-Nation, qui l'a hissé au pouvoir. Un comble, pour ce comédien de métier, élu à la tête du pays en 2015, sur une plateforme anti-corruption, justement.

    La Cicig avait d'ailleurs joué un rôle-clé : son enquête sur des pots-de-vin au sein des services des Douanes avait alors provoqué la démission du président de l'époque, Otto Perez, ouvrant ainsi la voie à Jimmy Morales.

    Pas étonnant qu'alors, il ne tarissait pas d'éloges pour le travail de la mission onusienne et avait même promis pendant sa campagne d'en prolonger le mandat jusqu'en 2021.

    Aujourd'hui, la Cicig est sur la sellette et son magistrat en chef Ivan Velasquez banni du pays... Des décisions présidentielles qui sont un mauvais signal du climat politique au Guatemala,  alors que le pays était considéré comme un exemple à suivre pour l'Amérique latine en matière de lutte contre la corruption.

    → RELIRE: Guatemala: Jimmy Morales, l'humoriste à qui sourit le pouvoir

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.