GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    L’ONU veut systématiser les sanctions contre les casques bleus qui dérapent

    media Des casques bleus de l'ONU en RDC (photo d'illustration). AFP/Eduardo Soteras

    Adopté à l’unanimité, le texte, porté par les Etats-Unis, a fait grincer des dents parmi les pays contributeurs de troupes, qui jugent cette résolution beaucoup trop radicale. Sa mise en œuvre réelle sur le terrain est sujette à caution.

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

    Les associations de protection des civils ont largement applaudi ce texte voté le 21 septembre, qui prévoit de renvoyer ou de retenir la solde des troupes coupables de défaillances dans la protection des civils ou d'abus sexuels.

    Mais du côté des pays contributeurs de troupes, on juge au contraire que ce texte va beaucoup trop loin et on pointe l'une des failles du maintien de la paix à l'ONU : le manque de ressources en troupes et de pays - notamment occidentaux - prêts à s'engager sur le terrain.

    Les Etats-Unis - qui ont dû batailler notamment avec la Chine et la Russie pour aboutir à ce texte de compromis - sont ainsi, certes, le plus gros contributeur financier au maintien de la paix, mais n'ont qu'une cinquantaine de troupes déployées.

    Du côté du département maintien de la paix, on assure accueillir ce débat sur la performance de ses casques bleus avec intérêt et on estime que les pays contributeurs de troupes seront toujours au rendez-vous.

    Cette mesure intervient alors même que le secrétaire général Antonio Guterres présentera mardi au cours de l'assemblée générale des Nations unies son propre plan de réforme plus échelonné et moins coercitif pour le maintien de la paix. L'initiative américaine est « inamicale » pour le secrétaire général, souligne un Etat membre et elle risque au contraire de compliquer les réformes déjà engagées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.