GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Octobre
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Affaire Kavanaugh: Trump soutient son juge, les femmes ne lâchent rien

    media  
    Manifestation devant la Cour suprême américaine le 24 septembre 2018 contre la nomination du juge Kavanaugh. REUTERS/Joshua Roberts

    Donald Trump et son candidat à la Cour suprême, le juge Brett Kavanaugh, ont crié au complot lundi, au lendemain d'une nouvelle accusation à caractère sexuel portée contre le magistrat qui refuse de se laisser « intimider ». La tension monte à mesure que grandit l'opposition à la nomination du juge conservateur.

    Le magistrat conservateur de 53 ans, accusé d'une agression sexuelle remontant au début des années 1980, a été mis en cause dimanche par une seconde femme pour des faits censés s'être déroulés à l'université. Il s'agit d'une « campagne de calomnies grotesque et grossière », a-t-il écrit lundi aux sénateurs chargés d'évaluer sa candidature. « Les efforts concertés pour détruire ma réputation ne me feront pas céder », écrit encore le juge Kavanaugh. « C'est totalement politique », a également jugé le président Trump, en louant, pour la énième fois, les vertus d'un « homme parfait au passé irréprochable ». « Je suis à fond derrière lui », a lancé le locataire de la Maison Blanche depuis New York.

    Mais les femmes elles font confiance à celles qui osent témoigner : Christine Blasey Ford, universitaire de 51 ans, et Deborah Ramirez, 53 ans, ancienne connaissance de l'université de Yale.

    A Washington, des centaines de femmes se sont rassemblées lundi matin 24 septembre devant la Cour suprême pour protester contre la nomination du juge Kavanaugh. « Kavanaugh doit partir » scandent des centaines de personnes devant la Cour suprême, rapporte notre correspondante sur place, Anne Corpet.

    Jakie participe pour la première fois à une manifestation. Elle a 37 ans, et a été violée à l'âge de douze ans par son baby-sitter. « Je l'ai dit à ma mère dix ans après les faits. Je ne l'ai dit à personne d'autre parce que cela affecte nos vies de manière négative. C'est terrifiant de raconter ça, parce que personne ne nous croit. Il faut qu'on nous prenne au sérieux. Cela me brise le coeur que les Républicains ne croient pas les femmes. Ils disent qu'ils vont voter pour Brett Kavanaugh malgré les révélations de Blasey Ford. C'est une trahison pour les femmes de ce pays. »

    Des souvenirs qui remontent

    Mary préfère témoigner anonymement car sa famille ignore toujours ce qui lui est arrivé à l'époque. Elle a le même âge que le juge Kavanaugh, fréquentait les mêmes cercles huppés de Washington. « Ma génération était dingue avec la drogue, l'alcool et les abus contre les femmes étaient courants à l'époque, se souvient-elle. Vous savez j'ai été agressée sexuellement trois fois et quand ça vous arrive vous pensez que vous êtes la seule. C'est le problème, il faut le dire parce que l'on se sent moins seule. Quand cela vous arrive, vous avez peur. C'est quelque chose que vous essayez d'oublier, vous essayez d'avancer, mais c'est toujours là. Et le truc c'est qu'avec ce qui se passe en ce moment, tout ressurgit. Christine Blasey Ford a dû se souvenir de cet incident. Et la voir se souvenir de son histoire fait remonter ma propre histoire... et... c'est dur ! Vous savez, je ne veux pas être ici, mais je n'ai pas le choix. Nous devons parler maintenant. On doit empêcher la nomination de Kavanaugh et si cela n'est pas le cas, cela aura un effet sur les élections de mi-mandat. Il y aura une vague démocrate et elle sera menée par les femmes. »

    Aujourd'hui, Mary a un message à adresser à Brett Kavanaugh : « Tu ne te souviens pas de la moitié des faits qui se sont déroulés à l'époque. Tu étais bourré tous les week-ends. Oui j'étais sûrement aussi bourrée que toi mais tu n'as pas été violé et je l'ai été. J'ai été traumatisée. Qui se souvient des femmes qui ont enduré cela ? Nous nous en souvenons. »

    Reste que le magistrat bénéficie de soutiens placés et puissants. Les Républicains sont décidés à défendre coûte que coûte le candidat désigné par Donald Trump pour la plus haute instance judiciaire du pays. Le terme de « calomnie » brandi par Kavanaugh a été repris par Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat. Mitch McConnell dénonce une manoeuvre politique des démocrates, sans un mot pour les deux femmes qui assurent avoir été victimes d'agression.

    « Cette campagne honteuse, honteuse, de calomnie, a atteint un nouveau seuil, déplore-t-il. Je veux être parfaitement clair sur ce qui se passe. Les sénateurs démocrates et leurs alliés essayent de détruire la vie personnelle et professionnelle d'un homme honorable sur la base d'allégations vieilles de plusieurs décennies et qui ne reposent sur aucun élément probant. Voilà où nous en sommes : une campagne de calomnie pure et simple, aidée et soutenue par des membres du sénat américain. C'est ignoble. Revenons-en aux faits : de nombreux témoins ont assuré devant la commission judiciaire du sénat que c'est un homme de confiance, un ami loyal et un champion de la cause des femmes. Tous ces faits vont clairement dans le même sens. C'est peut-être pour cela que les démocrates paniquent. C'est peut-être pour cela qu'ils veulent tant abattre ce candidat. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.