GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
    • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
    • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
    • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
    • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
    • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
    • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
    Amériques

    Etats-Unis: une deuxième femme accuse le juge Kavanaugh d'inconduite sexuelle

    media Brett Kavanaugh devant la commission judiciaire du Sénat, au troisième jour des auditions, le 6 septembre 2018, à Washington. REUTERS/Alex Wroblewski

    Alors que l’accusatrice de Brett Kavanaugh doit être entendue par le Sénat ce jeudi pour raconter l’agression sexuelle qu’elle affirme avoir subie, une deuxième femme accuse le candidat de Donald Trump pour la Cour suprême d’inconduite sexuelle ce dimanche 23 septembre.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

    Ces nouvelles accusations contre le très catholique candidat de Donald Trump à la Cour suprême remontent aux années 80. Les faits présumés se seraient déroulés lors d’une soirée étudiante trop arrosée sur le campus de la prestigieuse université de Yale où Brett Kavanaugh et sa nouvelle accusatrice étudiaient.

    Dans les colonnes du New Yorker ce dimanche, Deborah Ramirez, 53 ans, explique que Kavanaugh, ivre, se serait déshabillé devant elle et aurait sorti son sexe pour le lui présenter face au visage, la forçant à le toucher pour le repousser. Son ancienne condisciple précise par ailleurs être militante démocrate tout en rejetant toute motivation politique.

    « Prétendu évènement »

    Dans un communiqué au magazine, le juge conservateur dément fermement « ce prétendu événement datant d’il y a 35 ans » assurant qu’il n’a pas eu lieu. Mais ce témoignage vient renforcer celui d’une autre ancienne camarade qui l’accuse depuis la semaine dernière de l’avoir agressé sexuellement lors d’une autre soirée arrosée cette fois au lycée.

    Aujourd’hui professeur de psychologie dans une université californienne, Christine Blasey Ford doit être entendue publiquement jeudi à Washington par le Sénat. Des accusations là aussi vigoureusement démenties par Kavanaugh mais qui compliquent fortement sa confirmation pour devenir l’un des neuf juges à vie de la plus importante juridiction des États-Unis.

    Kavanaugh, les Républicains et les femmes : ce qu'en dit la presse

    Brett Kavanaugh était censé être une bénédiction pour les Républicains, mais ce n'est plus le cas, peut-on lire dans le New York Times. Le journal explique que les femmes jouent un rôle crucial dans ces élections, surtout celles qui sont diplômées et vivent en ville. Elles pourraient massivement voter démocrate pour montrer leur désapprobation de l'attitude de Donald Trump. Donc attention les Républicains, prévient en substance le New York Times, si vous interrogez jeudi prochain au Sénat Christine Blasey d'une manière trop musclée, cela pourrait se retourner contre vous.

    Les Républicains qui se battent pour sauver la candidature de Brett Kavanaugh à la Cour suprême face à deux accusations d'agression sexuelle sont bien un parti d'hommes estime pour sa part le Washington Post. L'image est parlante : les onze sénateurs conservateurs de la commission judiciaire qui seront face à l'accusatrice de Brett Kavanaugh sont des hommes. De là à penser que les Républicains ont un problème avec les femmes, il n'y qu'un pas, écrit le Washington Post.

    Et le Boston Globe de se demander si à l'époque du mouvement #metoo, il y a une possibilité d'empêcher la confirmation du juge. Pour la presse conservatrice en tout cas, c'est une affaire montée de toute pièce : ces accusations sont infondées, écrit le National Review qui demande aux Républicains de ne pas laisser tomber Brett Kavanaugh.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.