GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le prix Goncourt des lycéens est décerné à David Diop pour «Frère d'âme» paru au Seuil
    • Affaire Khashoggi: le parquet saoudien requiert la peine de mort pour cinq personnes accusées d'avoir drogué et démembré le journaliste
    • Suella Braverman, secrétaire d'Etat chargé du Brexit, est la quatrième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
    • Brexit: Esther McVey, la ministre du travail, est la troisième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
    • Justice internationale: les arrestations de l'opposant Navalny visaient à «étouffer le pluralisme politique» en Russie (CEDH)
    • Accord sur le Brexit: démission du ministre britannique en charge du dossier, Dominic Raab
    • Accord sur le Brexit: c'est «une bonne nouvelle pour l'économie française» (Le Maire)
    • Electricité: fermeture possible des centrales à charbon françaises après 2020 (gestionnaire)
    • Accord sur le Brexit: Shailesh Vara, secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord annonce sa démission
    • Brexit: Donald Tusk annonce un sommet européen le 25 novembre pour signer l'accord de retrait
    Amériques

    Présidentielle au Brésil: Geraldo Alckmin, le bureaucrate modéré

    media Le candidat du PSDB Geraldo Alckmin ne passionne pas les foules. REUTERS/Adriano Machado

    Désormais en quatrième position dans les sondages, Geraldo Alckmin pourrait apporter une défaite historique à son Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) au scrutin du 7 octobre 2018. Dans le contexte d’élections très polarisées entre l’extrême droite de Jair Bolsonaro et le Parti des travailleurs de MM. Lula da Silva et Haddad, la droite classique ne parvient plus à séduire les électeurs du Brésil.

    De notre correspondante à Rio de Janeiro,

    Le surnom de Geraldo Alckmin en dit long sur sa réputation. « Picolé de chuchu », soit « sorbet de chayotte » en français, un légume sans saveur. L’absence de charisme de ce bureaucrate de 65 ans risque de lui être fatale lors de l'élection présidentielle, dont le premier tour est prévu ce dimanche. À la veille du scrutin, il ne dépasse pas les 8% dans les sondages, un score historiquement bas pour le candidat du PSDB, habitué à disputer un second tour contre le candidat du Parti des travailleurs (PT) depuis 1994.

    Geraldo Alckmin représente la droite classique brésilienne. Une droite néo-libérale, devenue de plus en plus conservatrice au fil des années. Cet ancien médecin a déjà une longue carrière politique derrière lui. Une carrière qui débute pendant sa première année de médecine, en 1972, lorsqu’il intègre le conseil municipal de Pindamonhangaba, sa ville natale située dans l’Etat de São Paulo. Cinq ans plus tard, il est élu maire de sa commune, à 25 ans, le plus jeune du Brésil.

    Le bureaucrate suit un parcours politique sans faute : député fédéral, puis gouverneur de l’Etat de São Paulo durant quatre mandats. « Geraldo Alckmin mise énormément sur ce poste de gouverneur dans sa rhétorique de campagne », analyse Emmanuel Publio Dias, professeur à l’Ecole supérieure de publicité et de marketing de São Paulo, spécialisé dans le marketing politique. En 1988, il participe à la fondation du PSDB. Un parti qui cumule aujourd’hui près de 40% du temps d’antenne électoral, au-dessus de tous les autres, mais qui peine à convaincre les électeurs.

    La raison contre la passion

    La chute vertigineuse de Geraldo Alckmin est surtout due au contexte de polarisation exceptionnelle de ces élections. « Il a le profil de quelqu’un de modéré, c’est un bureaucrate qui ne soulève pas les foules », explique Wagner Iglecias, sociologue à l’Université de São Paulo. Ce qui ne l’a pas empêché de remporter plusieurs scrutins à São Paulo, et d’accéder au second tour de l’élection présidentielle de 2006, contre Lula. Mais ces élections sont « davantage marquées par la passion plutôt que par la raison », observe le sociologue.

    Geraldo Alckmin mobilise très peu le registre des émotions, comme le font ses deux principaux adversaires, Jair Bolsonaro, le candidat d’extrême droite, et Fernando Haddad, le candidat du PT, désigné il y a trois semaines par Lula, interdit d'élection à cause de sa condamnation. S’il promet d’équilibrer les comptes publics ou encore d’investir dans l’éducation, les Brésiliens ont la tête ailleurs. Et même les milieux des affaires et les marchés financiers délaissent leur traditionnel candidat pour l’extrême droite de Jair Bolsonaro.

    Opposition « tiède » au PT

    Si le PSDB s’était constitué depuis des années comme « le parti de l’antipétisme », en référence au « pétisme », la fidélité au PT, il a été supplanté lors de ces élections par la figure de Jair Bolsonaro, qui incarne un rejet radical du PT. Lassés d’une opposition « tiède », une partie des électeurs du PSDB se sont tournés vers Jair Bolsonaro, dont le discours haineux et antisystème « répond aux trois préoccupations majeures de la population : le chômage, la sécurité et les questions morales, comme l’avortement ou le droit des homosexuels », selon Wagner Iglecias.

    Pour tenter de convaincre les électeurs, Geraldo Alckmin rapproche ses deux meilleurs ennemis, le PT et Jair Bolsonaro : « Deux aventures politiques très mauvaises pour le pays », et qui ont le « même ADN », selon l’ancien gouverneur de São Paulo. Mais malgré ce discours, le candidat du PSDB est « loin de représenter une troisième voie crédible », juge Wagner Iglecias.

    Défaite historique

    « Si Geraldo Alckmin arrivait au second tour, ce serait le plus grand revirement de toute l’histoire des élections brésiliennes », assure Jorge Chaloub, professeur de sciences politiques à l’Université fédérale de Juiz de Fora. Dans le cas d’une défaite, son positionnement face aux deux rivaux ne sera pas évident. « Puisqu’il ne peut pas appeler à voter pour le candidat du PT, explique Wagner Iglecias, il serait plus logique qu’il souhaite garder une neutralité, mais que le PSDB libère son électorat pour choisir l’un des deux camps. »

    Les instituts de sondage prévoient déjà que les électeurs du PSDB se répartiront équitablement de chaque côté de l’échiquier politique. Un vote non pas de conviction, mais « de rejet », selon Emmanuel Publio Dias, qui estime que ces élections représentent « la fin d’un cycle ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.