GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Présidentielle au Brésil: la société civile se mobilise contre la violence

    media «Pas lui», peut-on lire sur la pancarte de cette manifestante brésilienne hostile au candidat Jair Bolsonaro. REUTERS/Nacho Doce

    Pour la première fois depuis le retour à la démocratie en 1988, un candidat de l’extrême droite pourrait arriver au pouvoir au Brésil. Le thème principal de la campagne présidentielle qui s'achève aura été l’insécurité, préoccupation numéro 1 des Brésiliens, actuellement confrontés à une flambée des violences, notamment dans le nord-est du pays. Reportage à Recife, la capitale de l’Etat de Pernambouc.

    De notre envoyé spécial dans le nord-est du Brésil,

    Dimanche 7 octobre 2018 aura lieu le premier tour de l’élection présidentielle brésilienne, et ce sera un scrutin complètement inédit dans l’histoire de ce géant d'Amérique du Sud puisque le sulfureux député et ancien militaire Jair Bolsonaro, candidat de l'extrême droite, peut l'emporter. Sur fond notamment d'insécurité.

    Il y a des chiffres qui font froid dans le dos : à lui seul, l’Etat du Pernambouc concentre 1% des homicides de la planète tout entière. Une statistique qui se transforme pour les habitants de Peixinhos, dans la banlieue nord de Recife, en une réalité brutale : les homicides en pleine rue y sont fréquents.

    Il y a six ans, Carmen, Afro-Brésilienne et mère de 14 enfants, a ainsi perdu un fils. « C’était dans un "four", c’est-à-dire dans un point de vente de drogue. Ils l’ont tué de trois balles dans la tête », confie-t-elle à RFI. Et ce drame, la mort d'un fils par balle, n’est pas le seul auquel Carmen explique être confrontée.

    La même année, un autre de ses enfants était incarcéré pour trafic de drogue. Sa peine vient tout juste être prononcée, et Carmen a peur pour lui : « Je sais que quand il sortira de la prison, ce n’est pas vers moi qu’il ira. C'est ça qui m’inquiète. Je ne suis pas préoccupée par mon fils qui est mort, mais par celui qui est vivant, en prison. Car je sais que quand ils sortent de là, ils meurent. Ou ils tuent. »

    Une politique de sécurité basée sur la répression

    Dans son combat contre la violence, l’Etat mise uniquement sur la répression. L’instrument de cette politique est la police qui, selon un policier interviewé par RFI, est « constituée comme une force armée pour défendre une élite, et non comme une police dont la mission est de protéger les droits de tous les citoyens » (voir encadré).

    Les policiers obtiennent des primes pour chaque arrestation d’un trafiquant de drogue. Conséquence : les prisons sont surpeuplées. Cette stratégie, au lieu de la combattre, ne fait qu’augmenter la violence, explique Elisangela Maranhao, directrice de l’association Grupo Comunidade Assumindo Suas Crianças (GCASC).

    « Un discours de répression comme celui du candidat de l’extrême droite Jair Bolsonaro trouve un grand écho dans la société brésilienne. Notre société a une culture de condamnation et de persécution des personnes pauvres », dit-elle. Et d'ajouter qu'en 2018, presque 4 000 personnes ont déjà été tuées dans l’Etat du Pernambouc :

    « Toutes les victimes étaient jeunes, noires et vivaient dans des quartiers pauvres. Les racines de cette violence, on les trouve dans l’exclusion sociale. Les personnes qui naissent dans ses quartiers n’ont pas de droits, ils leur sont refusés. Nous avons encore beaucoup de travail à faire pour sensibiliser la société à cette question de l’exclusion sociale. »

    Afin d’inciter les autorités à repenser leur stratégie, Elisangela Maranhao et d’autres militants des droits de l’homme ont organisé des assemblées populaires dans tout l’Etat. Avec les habitants des quartiers concernés par la violence, ils ont élaboré un plan pour améliorer la sécurité.

    « Ce forum populaire nous donne une légitimité politique pour aborder le fait qu’il n’y a pas de stratégie de sécurité publique. Notre approche s’appuie sur la nécessité d’une transformation sociale des personnes qui sont confrontées tous les jours à la violence », relate-t-elle.

    Une première victoire pour la société civile

    En cette année électorale, l’initiative a forcé les candidats au poste du gouverneur à réagir : ils ont souscrit aux propositions citoyennes. C’est la première fois que la société civile se mobilise en faveur d’une politique de sécurité citoyenne, se réjouit le pasteur Tales Messias Ferreira, l’un des initiateurs du Forum populaire.

    Tales Messias Ferreira dénonce une politique de sécurité à court terme, guidée par des stratégies électorales. « Nous sommes proches des élections », dit-il. « Si vous augmentez de manière significative le nombre de policiers et si vous incarcérez massivement des personnes, la violence baisse forcément. »

    « Les autorités misent sur une thérapie de choc. Et obtiennent effectivement une baisse de la violence. Mais cette répression ne peut pas durer très longtemps. Et une fois les élections passées, les esprits calmés et la sécurité n'étant plus LE sujet dont tout le monde parle, la violence repartira à la hausse. »

    Un avis partagé par Elisangela Maranao qui parle d’un premier succès pour la société civile : « Les candidats se sont engagés à institutionnaliser le dialogue avec les citoyens. » Mais le spectre d’une victoire de Jair Bolsonaro fait très peur à la directrice de l’association GCASC.

    Déjà, dans le quartier de Peixinhos, le discours en faveur de la répression et des armes à feu commence à séduire, a remarqué Carmen, à son grand regret. « Il y a beaucoup de gens qui disent qu’il faut voter pour ce Bolsonaro, mais quand j’entends ce qu’il dit et ce qu’il fait... mon Dieu ! Non, je ne voterai pas pour lui », lance-t-elle.

    Jair Bolsonaro vient de recevoir le soutien des parlementaires liés à l'agro-industrie et ceux qui représentent les évangélistes. L'ancien colonel expulsé de l'armée peut aussi compter sur l'appui d'une grande partie des militaires et de la police. Et selon les derniers sondages, il a gagné des sympathies dans les favelas. Sauf chez les femmes noires, qui continuent de rejeter massivement sa candidature.

    ► Écouter sur RFI : Le Brésil au cœur des quartiers précaires


    Alexandre Felix Campos, policier chargé d'enquêtes à la police de l'Etat de Sao Paulo, membre des «Policiers antifascistes». RFI / Achim Lippold

    ■ Ces policiers qui s'opposent à la vision de la sécurité prônée par Bolsonaro

    Il existe, au sein de la police, un courant très minoritaire qui se mobilise contre Jair Bolsonaro et prône une politique de sécurité basée sur le respect des droits de l'homme. Ce mouvement s'appelle  « Policiers antifascistes ». Alexandre Campos, policier chargé d'enquêtes à la police de l'Etat de Sao Paulo, en fait partie.

    « Le policier est formé pour réfléchir à comment défendre au mieux les intérêts de l'élite, assure-t-il. Cette tradition fait que le soutien de la police pour Jair Bolsonaro est très fort. Nous, grâce à notre mouvement, nous arrivons à interpeller certains de nos collègues. Nous tentons de discuter avec eux. »

    « Nous leur disons : "Si pour Bolsonaro, la politique de sécurité se résume à donner à tous les policiers une licence à tuer, il n'écoute pas nos arguments. Nous avons besoin d'un meilleur salaire, de meilleures conditions de travail, plus de repos pour passer du temps avec nos familles..." En expliquant tout cela à nos collègues, nous arrivons à convaincre quelques-uns de joindre notre mouvement. »

    reportage à Sao Paulo
    Les policiers antifascistes, pour une autre vision que la répression au Brésil 05/10/2018 - par Achim Lippold Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.