GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Equateur: la police sur les dents après le vol de 123 tortues aux Galapagos

    media Les tortues géantes auraient pu être volées par des trafiquants d'espèces menacées. Flickr CC/ sly06

    Le parquet de la province insulaire des Galapagos, situé à un millier de kilomètres de l’Equateur continental, vient d'ouvrir une enquête concernant la disparition de 123 jeunes de deux espèces de tortues géantes.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    Construit sur deux hectares poussiéreux à la sortie de Puerto Villamil, le centre d’élevage Arnaldo Tupiza n’est pas un site très protégé. Pourquoi d’ailleurs le serait-il ? Il ne contient que des enclos d’élevage où les tortues sont placées en fonction de leur âge et de leur taille, un petit musée, et les installations des gardiens. Le site n’est pas doté de caméras de sécurité.

    Le ministère de l’Environnement n’a confirmé le vol des 123 tortues que tardivement vendredi 5 octobre dans un communiqué de presse. Les tortues volées sont des jeunes des espèces Chelonoidis vicina et guntheri, en danger d’extinction. Il n’est donc pas impossible que ce vol ait été réalisé par des trafiquants d’espèces menacées. En juin dernier, 26 d’entre elles, âgées de 3 à 5 ans, avaient été rapatriées du Pérou après avoir apparemment été l’objet d’un trafic international.

    Pour l’heure, la police essaie de déterminer si les tortues sont toujours à Puerto Villamil et vérifie les déplacements des navires de pêche et de tourisme. En attendant, l’émotion est d’autant plus forte dans les îles que les tortues géantes ont donné leur nom à l’archipel des Galapagos, déclaré en 1978 par l’Unesco patrimoine naturel de l’humanité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.