GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Remaniement ministériel en France: RFI en édition spéciale (13h30-14h heure de Paris)
    Dernières infos
    Amériques

    Brésil: une campagne sans débat, mais de plus en plus tendue

    media Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro le 11 octobre 2018. REUTERS/Ricardo Moraes TPX IMAGES OF THE DAY

    Au Brésil, la campagne pour le deuxième tour se poursuit, mais sans débat entre les deux candidats : Jair Bolsonaro, le favori d’extrême droite, s’y refuse pour l’instant pour raison de santé, avec l’aval de ses médecins, suite à sa blessure au couteau. Selon les derniers sondages, Jair Bolsonaro obtiendrait 58% et 42% pour Fernando Haddad, son rival de gauche.  Et le climat de la campagne devient tendu : de multiples agressions à caractère politique ou homophobe ont été commises ces derniers jours, des militants d’extrême droite désignés.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    Jair Bolsonaro a choisi pour l’instant de ne pas affronter son adversaire dans un débat télévisé. C’est ce qu’il a affirmé dans sa première apparition en public, devant des militants de son parti réunis dans un hôtel de Rio de Janeiro, plus d’un mois après avoir été poignardé durant un meeting de campagne. Très critiqué, Jair Bolsonaro a tenu à dénoncer les agressions commises par des sympathisants d’extrême droite ces derniers jours.

    La communauté gay et des militants de gauche sont la cible de violences partout dans le pays. Le meurtre à coups de couteau d’un maître de capoeira, ouvertement de gauche, a choqué les Brésiliens, son assassin était un électeur déclaré de Jair Bolsonaro. « Que cet homme ait voté ou pas pour moi, il devra payer pour cela ! Mais arrêtons avec ces fake news, qui disséminent la haine, a-t-il déclaré. En fin de compte, celui qui a été poignardé, c’est moi ! Nous allons déréglementer l’économie, éliminer la bureaucratie, faire en sorte d’avoir un libre marché. Et c’est en s’attaquant à l’insécurité qu’on aidera à faire reprendre l’économie. »

    Malgré les critiques de son adversaire de gauche, Jair Bolsonaro refuse la confrontation. Les sondages pourtant continuent de le donner vainqueur du second tour.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.