GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Honduras: une caravane de 2000 migrants en route pour les Etats-Unis

    media La caravane est arrivée à la frontière entre le Honduras et le Guatemala, le 15 octobre 2018. REUTERS/Jorge Cabrera

    Ils sont plus de 2 000 Honduriens, hommes, femmes et enfants, à avoir décidé de quitter leur pays pour se rendre aux Etats-Unis. Le président Trump menace le Honduras et les pays de transit de sanctions.

    avec notre correspondant régional, Patrick-John Buffe

    Tous fuient la violence et la pauvreté. Partis samedi de San Pedro Sula, au nord du Honduras, ces migrants ont la ferme intention de se rendre aux Etats-Unis, en quête de conditions de vie meilleures.

    Première étape de leur périple : le Guatemala où ils ont pu entrer sans problèmes, car la police a été incapable de contenir un tel afflux de personnes à la frontière.

    Au moment où ces migrants traversaient le Guatemala, Donald Trump a menacé mardi 16 octobre le gouvernement hondurien de représailles économiques, au cas où cette nouvelle caravane parviendrait à la frontière des Etats-Unis. « Si cette caravane n'est pas stoppée et renvoyée au Honduras, plus aucune aide et plus aucun financement ne seront accordés à ce pays », a prévenu le président américain.

    Pressions

    Cette menace vise notamment les fonds qu'octroie Washington dans le cadre de l'Alliance pour la prospérité, dont sont aussi membres le Salvador et le Guatemala. Ils sont destinés à améliorer la sécurité et l'économie de ces trois pays, dans le but de diminuer la migration centraméricaine.

    Le vice-président Mike Pence a pour sa part fait pression sur le Guatemala, en exigeant qu'il coopère avec Washington pour contrôler les flux migratoires.

    De son côté, le Mexique avait anticipé l'avertissement de Donald Trump en annonçant qu'il freinerait le passage des migrants sans visas. En attendant, le gouvernement mexicain a déjà déployé la police fédérale sur sa frontière Sud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.