GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le prix Goncourt des lycéens est décerné à David Diop pour «Frère d'âme» paru au Seuil
    • Affaire Khashoggi: le parquet saoudien requiert la peine de mort pour cinq personnes accusées d'avoir drogué et démembré le journaliste
    • Suella Braverman, secrétaire d'Etat chargé du Brexit, est la quatrième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
    • Brexit: Esther McVey, la ministre du travail, est la troisième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
    • Justice internationale: les arrestations de l'opposant Navalny visaient à «étouffer le pluralisme politique» en Russie (CEDH)
    • Accord sur le Brexit: démission du ministre britannique en charge du dossier, Dominic Raab
    • Accord sur le Brexit: c'est «une bonne nouvelle pour l'économie française» (Le Maire)
    • Electricité: fermeture possible des centrales à charbon françaises après 2020 (gestionnaire)
    Amériques

    La caravane de migrants franchit la frontière mexicaine

    media Des migrants poussent la barrière faisant office de frontière entre le Guatemala et le Mexique à Ciudad Hidalgo, le 19 octobre 2018. Pedro Pardo / AFP

    Ce vendredi, ils étaient plus de trois mille à tenter un coup de force pour passer au Mexique. Et cela au moment même où le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo se réunissait avec le président Peña Nieto pour évoquer cette crise migratoire.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    Les migrants, qui se trouvaient au Guatemala, ont décidé de passer en force au Mexique. Laissant derrière eux des policiers guatémaltèques débordés, ils se sont rués sur le pont qui sépare les deux pays. Mais c'était sans compter sur les quatre cents agents de la police fédérale qui les attendaient du côté mexicain. Après de fortes tensions et des affrontements, les policiers ont réussi à contenir les migrants et les dissuader d'entrer par la force au Mexique.

    Suite à ces événements, Donald Trump a réagi en remerciant les autorités mexicaines d'avoir stoppé cette caravane.

    Face à cette progression, le président américain avait menacé de fermer la frontière avec le Mexique pour empêcher des milliers de migrants d'Amérique centrale d'entrer sur le territoire américain.

    « C’est un enjeu politique très fort, rappelle Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l'Université Paris II, un sondage récent révélait que 75 % des Américains pensent que l’immigration est un problème réel. Ce n’est pas non plus innocent si Donald Trump fait cette annonce à vingt jours des élections de mi-mandat, surtout dans ces régions du Sud où il y a souvent des combats très serrés, et où ça peut faire pencher la balance en faveur des Républicains. »

    « Nous sommes partis il y a cinq jours »

    Et le président américain risque bien de se fâcher à nouveau, car le Mexique ne veut pas, en réalité, fermer ses frontières à ces migrants. Les autorités ont déjà autorisé plusieurs centaines d'entre eux, en priorité des femmes et des enfants, à passer la frontière. Ils ont déjà été transférés vers des refuges, où ils vont réaliser les démarches migratoires.

    Des migrants honduriens traversent la rivière Suchiate qui les sépare du Mexique pour éviter le poste-frontière de Ciudad Hidalgo, le 19 octobre 2018. REUTERS/Edgard Garrido

    Yolibeth Donaire, une jeune Hondurienne enceinte de sept mois, raconte : « Nous nous sommes partis il y a cinq jours […] pour dénoncer la situation dans notre pays. Parce qu’il n’y a pas de travail, aucune opportunité. Même si vous êtes prêts, que vous avez étudié, comme c’est mon cas, il n’y a rien. Nous ne recevons aucun type d’aide de la part du gouvernement. Et l’aide qui est envoyée de l’étranger, le gouvernement la garde. »

    Ce samedi, ce sera le tour de ceux qui se trouvent toujours du côté guatémaltèque de la frontière d'entrer au Mexique, où ils devront présenter leur visa d'entrée ou alors une demande d'asile, sans quoi ils seront expulsés du pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.