GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La clause de sauvegarde («backstop») vise à éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. Le maintien temporaire de l'Irlande du Nord dans l'union douanière ouvre, selon les détracteurs de cet arrangement, la voie à un démantèlement du Royaume-Uni.

    Amériques

    Elections de mi-mandat: la caravane de migrants au cœur de la campagne de Trump

    media Donald Trump a pris la parole devant ses supporter lors d'un meeting du sénateur Ted Cruz à Houston au Texas le 22 octobre 2018. REUTERS/Leah Millis

    A deux semaines des élections américaines de mi-mandat, Donald Trump fait tout pour limiter le débat à trois sujets : son bilan économique flatteur, ses nominations de juges ultraconservateurs à la Cour suprême, et sa lutte contre l'immigration clandestine. Sur cette dernière problématique, la caravane de migrants partie du Honduras il y a une dizaine de jour pour tenter d'entrer aux Etats-Unis lui offre un contexte idéal. Lors d'un gigantesque meeting à Houston, le président a encore fait grimper la pression d'un cran.

    Donald Trump fait plusieurs fois par semaine des meetings de soutiens aux candidats républicains, mais face à la foule, c'est bien de lui-même qu'il parle ; de ses succès, de ses obsessions, de ses promesses. Au Texas, Etat frontalier avec le Mexique, c'est évidemment contre les clandestins, actuels ou à venir, qu'il s'est déchaîné lundi, relate notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

    Selon les autorités, ils seraient quelque 5 000 migrants centraméricains à être entrés lundi 22 octobre au Mexique. Plus de 7 000 selon les Nations unies. Or, le président américain estime qu'il y a parmi ceux qui veulent entrer aux Etats-Unis des gens très dangereux. Plusieurs zones du pays seraient déjà « en guerre » à cause de ces « animaux ». Les responsables ? L'opposition démocrate, laxiste et manœuvrant pour récupérer le pouvoir.

    Les démocrates dans le viseur

    « Au moment même où nous parlons, le Parti démocrate encourage ouvertement des millions d'étrangers illégaux à enfreindre nos lois, violer nos frontières et submerger notre nation. C'est ce qu'il se passe. Les démocrates ont lancé un assaut contre la souveraineté de notre pays, la sécurité de notre nation et de chaque Américain », a lancé M. Trump devant ses supporters à Houston.

    Ses solutions sont simples : construire un mur à la frontière, empêcher le rapprochement familial, renvoyer les clandestins sans tergiverser ou encore arrêter les financements accordés aux pays qui ne retiennent pas leurs concitoyens. Et Donald Trump se réjouit presque ainsi d'être si impopulaire à l'étranger.
    « Vous pouvez le dire, je suis un nationaliste ! », assume-t-il.

    La caravane de migrants traverse la ville de Tapachula au mexique le 22 octobre 2018. REUTERS/Ueslei Marcelino

    La caravane rassemble toujours plus de migrants

    Les gesticulations du président américain n'empêchent pourtant pas, pour l'instant, la caravane de poursuivre son chemin. Ni la chaleur accablante, ni la longue marche à venir, ni les nouvelles menaces du locataire de la Maison Blanche n’ont découragé des milliers de migrants qui ont passé la nuit à Tapachula dans la région du Chiapas, rapporte notre correspondant à Mexico, Patrick-John Buffe.

     

    Après s’être reposés tant bien que mal dans les parcs publics, ils ont entamé à la mi-journée la seconde étape de leur traversée du Mexique. Une étape de 35 kilomètres qui les a conduits à Huixtla après sept heures de marche. Rapidement, cette petite ville a été envahie par une véritable marée humaine.

     

    Le président mexicain met en garde

     

    Force est de constater que cette caravane rassemble toujours plus de migrants, dont il est difficile d’estimer le nombre. Il est probable que des Centraméricains, qui se trouvaient déjà dans la région, aient décidé de se joindre à cette caravane qui leur garantit une plus grande sécurité lors de leur traversée du Mexique.

     

    Mais c’est parce que la plupart d’entre eux sont entrés de manière illégale dans le pays que le président Peña Nieto a engagé une nouvelle fois les membres de cette caravane à légaliser leur statut migratoire. Il les a mis en garde : s’ils ne le font pas, ils pourront difficilement atteindre leur objectif, que ce soit d’entrer aux Etats-Unis ou même de rester au Mexique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.