GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Arrestation en Allemagne d'un suspect bosnien des attentats à Paris du 13 novembre 2015 (police)
    • Canicule en France: interdiction du transport d'animaux pour «quelques jours» (ministère de l'Agriculture)
    • Kirghizstan: les députés lèvent l'immunité de l'ex-président Atambaïev, inculpé de corruption
    • France: Jean-François Ricard a été officiellement nommé à la tête du parquet national antiterroriste
    • Canicule en France: le mercure va encore grimper ce jeudi, journée la plus chaude; pollution à l'ozone et risques sanitaires à venir
    • Hôpitaux: plus de neuf Français sur dix soutiennent la grève aux urgences (sondage)
    • Commerce: Trump dénonce les taxes douanières «inacceptables» imposées par l'Inde
    • G20: le président chinois Xi Jinping est à Osaka pour participer à la réunion
    Amériques

    Brésil: quand des soutiens de Bolsonaro utilisent WhatsApp pour des «fake-news»

    media WhatsApp est l'une des applications les plus utilisées par les Brésiliens (Illustration). REUTERS/Dado Ruvic/File photo

    Au Brésil, à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro dispose toujours dans les sondages d’une confortable avance (57 %), face à son adversaire de gauche Fernando Haddad (43 %). Mais la campagne électorale devient de plus en plus agressive et invasive : Jair Bolsonaro aurait bénéficié du soutien d'entreprises privées qui auraient financé l'envoi de centaines de milliers de messages de propagande, via la messagerie WhatsApp.

    De notre correspondant à Rio de Janeiro,

    Le scandale a bouleversé la campagne. Plusieurs investigations lancées par la presse brésilienne ont permis de montrer comment le parti social libéral de Jair Bolsonaro avait mise en place d’un réseau de communication parallèle par messagerie WhatsApp dans les mois et les semaines qui ont précédé l’élection.

    Des groupes de discussion ont été massivement utilisés pour inonder de messages les électeurs et sympathisants de droite. Fernando Haddad s’est insurgé contre ce système financé par des entrepreneurs favorable à Bolsonaro. Elles auraient payé plusieurs millions d’euros à des agences spécialisées pour fabriquer et diffuser massivement des informations, parfois totalement fausses.

    WhatsApp suspend des milliers de comptes

    Les Brésiliens sont très friands de cette messagerie, notamment parce que les appels téléphoniques coûtent chers. Mais la dépendance à ce moyen de communication est telle qu’aujourd’hui, 40 % à 50 % des Brésiliens s’informent principalement sur WhatsApp et internet, surtout en matière de politique. Cela provoque ce que les experts appellent l’« entre-soi », selon la devise : « On ne voit que ce que l’on aime voir ».

    S’informer ainsi renforce « l’isolement » de l’utilisateur, qui n’est confronté qu’à des suggestions conforme à sa propre opinion politique. Et cela favorise la diffusion massive de fake-news. La campagne électorale brésilienne en est la grande victime : les fausses informations sur la présidentielle ont pullulé sur les réseaux sociaux ces dernières semaines.

    Face à cette situation, l’entreprise WhatsApp a été assez réactive. Elle a rapidement annoncé la suspension de dizaines de milliers de comptes jugés coupables de diffuser automatiquement des messages à caractère politique. Parmi eux, celui de l’un des fils du candidat à la présidence. Il a vivement protesté, mais WhatsApp a répondu que son compte était lié à des agences suspectées d’envoyer massivement des messages de propagande politique. Et la bataille en ligne continue. Plusieurs groupes Facebook de femmes opposés à la candidature de Jair Bolsonaro ont été piratés, et leurs informations personnelles volées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.