GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A La Une: la désinformation, grande gagnante des élections au Brésil

    media Pendant l’élection présidentielle, la presse brésilienne s’est attelée à faire du fack-checking pour contrer les campagnes de désinformations. (photo d’illustration) AFP/Fabio Teixeira

    Laura Chinchilla s’inquiète. La présidente de la mission de l’Organisation des États américains chargée d’observer le scrutin estime dans O Globo que « la campagne de désinformation en cours au Brésil est un phénomène sans précédent ».

    Hier encore le journal Folha de São Paulo publiait une nouvelle enquête édifiante sur le financement de campagnes de désinformation massives orchestrée sur les réseaux sociaux contre le candidat du Parti des travailleurs, Fernando Haddad. Des campagnes sur WhatsApp financées par des hommes d’affaires qui ont payé des agences de marketing pour envoyer « des centaines de millions » de messages aux utilisateurs brésiliens.

    Des campagnes illégales, car elles utilisent des coordonnées issues de listes d’agences spécialisées en stratégie numérique. Fernando Haddad a demandé une enquête au Tribunal suprême électoral ; Jair Bolsonaro a lui commenté sur Twitter : « La belle vie de Folha de Sao Paulo va se terminer non pas en censure, mais parce que nous mettrons fin à l’argent public que le journal reçoit et qu’il utilise pour faire de l’activisme politique. »

    Quelle réalité ?

    Dans la plupart des journaux brésiliens, comme tous les jours, à la Une, des séries de « fakes news » et du fact–checking. Mais à quoi bon, se demande-t-on à la lecture d’un excellent portrait publié sur le New York Times consacré à Bruno Latour, philosophe français longtemps controversé, qui a consacré sa vie à comprendre et penser la fabrique des connaissances scientifiques, et donc, ce que signifie l’objectivité, la vérité, la réalité même... Quelle réalité ?

    « La force des faits », écrivait-il, il y a déjà plus de 30 ans « ne se mesure pas à leur véracité, mais à la force des institutions et des pratiques sociales qui les produisent ». Autrement dit, une information validée par une croyance collective, par un réseau de relations sociales jugées légitimes, cette information devient plus communément un fait que toute démonstration rationnelle et scientifique, et c’est encore plus vrai dans notre monde actuel, devenu sensationnel, numérique et tribal.

    Jair Bolsonaro qui a également affirmé hier, dans une vidéo postée sur Facebook que si son adversaire de gauche gagnait dimanche se serait « dû à de la fraude électorale ». Autre soupçon devenu viral.

    Bolsonaro et sa vision de l’économie libérale

    Tous les journaux d’Amérique du Sud ont également les yeux rivés sur leur géant voisin. L’Argentine, dont le quotidien Clarin relaye que Jair Bolsonaro a eu au téléphone le président argentin, Mauricio Macri : « nous aurons de très bonnes relations », promet le Brésilien. Les deux hommes ayant en commun une vision de la politique économique très libérale. Le journal chilien El Mostrador estime qu’il devrait également bien s’entendre avec le gouvernement de droite du président Pinera et rappelle le programme de Bolsonaro et de son probable futur ministre des Finances, Paulo Guedes : réduction du déficit public, privatisation des entreprises d’Etat (dont Petrobras), baisse des dépenses pour la santé, l’éducation et réforme des retraites…

    « Contrairement au Brésil, le Chili a fait un travail de mémoire important quant à son passé dictatorial », estime El Mercurio. Son éditorialiste prévient : « les électeurs de la droite classique brésilienne devraient se rappeler que le libéralisme s’accommode mal avec l’homophobie et le racisme. »

    La politique africaine de Bolsonaro inquiète

    « Raciste », c’est aussi le mot employé par The Brazilian Report, journal anglophone basé à São Paulo, pour expliquer la fin d’une certaine politique menée jusqu’à présent par le Brésil vis-à-vis de l’Afrique. Selon le journal en ligne, Jair Bolsonaro prévoit de couper les bourses d’études prévues pour les étudiants africains et restreindre l’immigration notamment en provenance des pays lusophones, le Mozambique, l’Angola, le Cap-Vert ou la Guinée Bissau.

    En revanche, le journal en ligne s’attend à ce qu’il mette un coup d’accélérateur à l’expansion de l’agrobusiness brésilien en Afrique, « sans trop s’inquiéter des risques que cela pourrait poser pour l’environnement ou la santé des Africains ».

    Référendum au Mexique sur le nouvel aéroport international de Mexico

    C’est le plus grand ouvrage d’ingénierie civile du sous-continent américain. Un chantier à 13 milliards d’euros contesté par le président élu de gauche, Andres Manuel Lopez Obrador, qui a donc imposé une consultation populaire. Sauf qu’il y a des failles, des irrégularités dans le système de votation,s’exclame La Prensa.

    « Vote compte double », titre El Milenio qui explique les problèmes de bugs sur l’application mobile servant à voter. Un référendum qui n’a pas de cadre juridique, et qui est coordonné par les équipes du président AMLO, selon l’Excelsior, qui titre : « la consultation se passe bien, plus de 184 000 citoyens ont voté ».

    Le Diario de Yucatan revient sur la polémique que suscite cet immense projet - 200 portes d’embarcation, 3 pistes d’atterrissage, 70 millions de passagers par an attendus - sauf que les travaux ont commencé en 2015 et seulement un tiers ont été réalisés, pour un coût total qui se cesse de gonfler.

    Pérou : l’étau se resserre autour de Keiko Fujimori

    La justice estime qu’elle a en sa possession assez d’éléments pour condamner Keiko Fujimori à de la prison préventive. Prochaine et dernière audience prévue ce vendredi. Dans La Republica, le procureur Perez en charge de l’affaire dénonce des actions d’intimidation des témoins dans cette affaire de blanchiment d’argent qui accable la leader du principal parti d’opposition péruvien et une dizaine de cadres de Fuerza Popular.

    La peine pourrait être de 36 mois d’emprisonnement préventif pour éviter que Keiko Fujimori ne s’enfuie du pays et échappe à une future condamnation dans le cadre de l’affaire Odebrecht. En tout cas, les audiences sont diffusées depuis dimanche dernier sur toutes les télévisions péruviennes. « Une émission de télé-réalité qui passionne », estime le quotidien Gestion. Le journal raconte qu’à Lima on se croirait en plein Mondial de foot, tant les Péruviens prennent d’assaut les bars et les cafés pour regarder et commenter cette saga judiciaire, qui politiquement divise le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.