GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine: deux personnes parviennent à omettre leur sexe sur leurs documents

    media Un participant à la 26e Gay Pride à Buenos Aires, en Argentine, brandit les couleurs contre la transphobie, le 18 novembre 2017 (photo d'illustration) Eitan ABRAMOVICH / AFP

    C’est une première en Argentine, mais aussi à l’échelle mondiale : deux Argentins ont obtenu jeudi 1er novembre le droit de ne pas mentionner leur sexe sur leurs papiers d’identité, sans avoir besoin de recourir à une procédure judiciaire.

    Depuis 2009, il n'est plus obligatoire de se faire opérer pour changer de genre en Uruguay. Cette année, la Cour suprême du Brésil a pris la même décision : plus besoin de traitements ou d'opération pour changer son état civil. Mais dans ces pays d'Amérique latine, tout changement de sexe doit encore passer par une procédure judiciaire.

    C'est donc un pas de plus qui a été franchi en Argentine. Ce pays disposait déjà de la loi d’identité de genre votée en 2012, et pour la première fois, deux personnes l'ont fait valoir jeudi 1er novembre, non pas devant un tribunal, mais simplement auprès d'un registre d'État civil à Mendoza, une grande ville aux pieds de la Cordillère des Andes. Un précédent qui devrait faire jurisprudence.

    Le travail législatif le plus récent, en cours au Chili, attend toujours la proclamation par le président conservateur Sebastian Piñera. Il prévoit que les personnes âgées de plus de 14 ans puissent changer de genre sur leurs papiers d'identité après un simple passage à l'état civil.

    Mais les lois votées n'empêchent pas les violences commises contre les personnes transgenres, et plus largement contre les communautés LGBT+ d’Amérique du Sud. Rien qu'au Brésil, l'association Grupo Gay da Bahia a recensé 445 morts dûs à l'homotransphobie en 2017, dont 387 homicides et 58 suicides.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.